Avis

La Lanceuse de Couteaux de Ève Borelli

Couverture et résumé :


Cette histoire, c’est l’histoire de Siloé, qui ne voit plus la magie du cirque dans lequel elle a grandi et le quitte pour de mauvaises raisons mais qui en chemin, apprendra à faire ses propres choix et à définir ses envies personnelles. C’est l’histoire d’une indépendance progressive, piquée d’embûches, d’amitié et d’amour. Siloé est orpheline de mère et vit dans le cirque familial, entourée par toute une galerie de personnages atypiques. Mais la jeune fille rêve d’être lanceuse de couteaux, ce que son père lui refuse obstinément. La voilà donc qui décide de rallier un cirque concurrent pour – enfin – essayer de faire ses preuves.

Mon avis :

Siloé est une jeune femme tout juste majeure qui rêve de participer pleinement au spectacle du cirque. Bowie, son meilleur ami, n’arrête pas de lui faire du rentre dedans. Les relations qu’elle a avec son père ne sont pas les meilleures. Malgré tout l’attachement qu’elle a pour les siens, elle étouffe. Elle fait le choix de partir à la première opportunité. Décision facilitée par son cœur qui se met à battre bien plus vite en présence d’un homme. Mais Siloé va apprendre que rien n’est facile. Une épreuve obligatoire pour l’aider à grandir.

Le personnage de Siloé m’a agacé autant qu’il m’a ému. Je ne peux pas expliquer pourquoi sans vous révéler l’histoire de ce roman. Ce n’est pas une mauvaise chose tout de même puisqu’elle a réussi à m’étonner.

C’est une héroïne qui grandit, qui va s’affirmer pour devenir ce qu’elle a envie d’être.

Au début du récit, elle était « blasée ». Elle n’arrivait pas à se sortir de la tête tous les problèmes qu’elle avait avec son père et ses désirs professionnels. Elle était presque trop naïve. Je trouve le terme un peu fort parce qu’elle faisait souvent preuve d’une grande lucidité. Mais pas tout le temps. L’apprentissage et l’expérience passent par les réussites et les échecs. Parfois, il faut aller ailleurs pour ne plus être aveugle de ce qui nous entoure.

Siloé a fini par gagner mon cœur grâce à sa capacité à remettre le pied à l’étrier quoi qu’il advienne.

Pour ce qui est de son entourage, Bowie est un drôle de numéro, un équilibriste qui n’a pas froid aux yeux. Le Sicilien n’est pas trop mal non plus, accompagné par Slaveta : un couple atypique à découvrir. Le père de Siloé est ombrageux, un homme qui en a trop vu. Mais la personne que j’ai préféré même si les apparitions sont brèves c’est Pépa Mia.

Siloé va découvrir que dans le monde du cirque, il y a plusieurs façons de fonctionner. Si elle connaît tout du Cirque Nuageux, elle va aller de surprise en surprise pour ce qui est du Cirque Sanglant. Les deux sont des communautés à ne pas placer dans le même sac. C’est peut-être un mode de vie particulier mais ceux qui composent les troupes n’en sont pas moins différents.

Sur le chemin de Siloé viendront se glisser d’autres protagonistes tout aussi intéressants à rencontrer.

La Lanceuse de Couteaux, c’est le récit d’une naissance, d’une découverte de soi qui ne se fait pas toujours dans la joie. Certains moments sont très durs et bouleversants.

Pour moi, ce roman est un pari réussi parce qu’on y retrouve les petites touches d’humour dont l’auteure nous régale mais dans un univers plus sombre.

Une histoire à dévorer : Siloé mérite d’être connue.

Ma note : 4,5/5

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s