Avis

Alors voilà. Les 1001 vies des urgences de Baptiste Beaulieu

Couverture et présentation :

Des Urgences au rez-de-chaussée aux soins palliatifs du cinquième étage, voilà la vie d’un jeune interne, qui déteste commencer sa journée par une tentative de suicide. Une patiente en stade terminal s’impatiente : son fils est bloqué à Reykjavik à cause d’un volcan en éruption. Pour lui laisser le temps d’arriver, l’apprenti médecin se fait conteur. Se nourrissant de situations bien réelles, Baptiste Beaulieu passe l’hôpital au scanner. Il peint avec légèreté et humour les chefs autoritaires, les infirmières au grand cœur, les internes gaffeurs, les consultations qui s’enchaînent, les incroyables rencontres avec les patients… Par ses histoires d’une sensibilité folle, touchantes et drôles, il restitue tout le petit théâtre de la comédie humaine. Un bloc d’humanité.

Il écrit son quotidien d’urgentiste, les plaies, les bleus, les bosses, l’injustice, le pathétique, le tragique, la laideur et la beauté. Marie Vaton, Le Nouvel Observateur.

Éditeur : Le livre de Poche
Poche : 7€90
Grand format : 17€ (chez Fayard)
Numérique : 7€49
Pages : 320
Sortie : février 2015

Mon avis :

Traînant depuis quelques temps dans ma PAL monstrueuse, j’ai franchi le pas et dévoré les 1001 vies des urgences. Je savais déjà que le contenu me plairait. En y ajoutant la plume de Baptiste Beaulieu, ça pouvait qu’être une lecture aussi bonne que démoralisante. Question de point de vue.

J’ai comparé mon ressenti au yoyo pour symboliser les aller-retours. Du rire aux larmes… des larmes au rire… des mots qui s’infiltrent et vous marquent. Parce que c’est ça, lire du Beaulieu. En trois mots à l’apparence fragile, il t’a cloué. Des gifles poétiques que tu prends à chaque page que tu tournes… et des éclats lumineux en pleine face. La beauté est partout, même aux urgences, même quand le poney arc-en-ciel débarque pour ta pomme. Même dans la maladie, la mort, l’horreur, il y a des nuances de bonheur à retirer. Suffit de regarder. Même là où il n’y a plus d’espoir, il reste encore la lumière.

On imagine mal l’importance des mots et pourtant, dans ce texte, ce choix est capital. Si notre narrateur fait des erreurs, il apprend. Tomber mais se relever, là, au milieu des mourants et des petits bobos.

Baptiste Beaulieu veut encore croire que l’humain puisse faire preuve d’humanité tout en te montrant le pire du quotidien des urgences : le temps qui passe trop vite, le personnel surchargé, l’horreur de la maladie qui ronge, ceux qui sont trop impliqués, ceux qui prétendent ne pas l’être…

Mais que ferait un jeune interne pour donner un peu de courage à une dame qui attend que son fils soit là pour mourir ? Lui raconter de belles (et moins belles) histoires sur ce qui arrive aux urgences est une excellente initiative qui ne manque pas d’humour malgré la gravité environnante.

Ma note : 19/20.

Publicités

Un commentaire sur “Alors voilà. Les 1001 vies des urgences de Baptiste Beaulieu

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s