Avis

Assassin’s Creed Renaissance de Oliver Bowden

Couverture et présentation :


Trahi par les familles dirigeantes d’Italie, un jeune homme se lance dans une épique quête de vengeance. Afin d’éliminer la corruption et de rétablir l’honneur des siens, il deviendra un assassin. Il fera appel à la sagesse de grands esprits comme Léonard de Vinci ou Nicolas Machiavel, car il sait que sa survie dépend des dons qu’il doit développer. Aux yeux de ses alliés, il représente le changement car il combat pour la liberté et la justice. Mais ses ennemis le considèrent comme la pire des menaces car il a voué son existence à la destruction des tyrans qui oppriment le peuple d’Italie. Ainsi commence une histoire de pouvoir, de vengeance et de conspiration.

Éditeur : Bragelonne
Papier : 8€20 – 12€90
Numérique : 5€99
Pages : 480
Sortie : Avril 2010

Mon avis :

J’ai mis beaucoup de temps pour lire ce livre. Vous savez qu’en général, c’est mauvais signe pour le bouquin. Pas vraiment ici. C’est plus un problème de timing qu’un manque d’intérêt. Les grandes vacances y sont sûrement pour quelque chose.

Je suis absolument conquise par le jeu vidéo puisque je ne peux pas m’empêcher de tout lâcher pour regarder mon homme y jouer. Je ne joue pas moi-même et c’est exactement pour ça que j’ai acquis quelques livres d’Assassin’s Creed ces dernières années. Mais ce sont de beaux pavés de plus de 400 pages… et je rappelle que c’est « historique » donc je ne me suis jamais lancée. Je cesse mon blabla pour passer aux choses sérieuses.

Ezio… bon sang ! Que vous dire ? C’est un mec tout aussi flippant que fascinant. Il peut tuer en une seconde toute personne qui se range dans la case « ennemis ».

Ezio, c’est le jeune homme un peu nonchalant qui aime les femmes et ne peut s’empêcher d’y goûter… C’est celui qui tombe amoureux de la charmante Cristina… et c’est celui qui va tout perdre. Adieu insouciance et bonjour méfiance.

Ezio, c’est le gars qui assiste à la mise à mort de ses frères et son père. C’est l’instant où il comprend qu’il y a trahison. Il n’a maintenant plus que la vengeance à l’esprit pour réhabiliter sa famille. Fin de l’innocence.

Sur sa route, amis et ennemis passent, repassent, trépassent… Derrière Ezio, il y a une longue traînée de sang qui fait peine à voir. Mais pire encore, ça force l’admiration.

Avant de devenir un Assassin, Ezio reçoit les bases de l’entraînement ainsi que des explications sur la raison de leur existence.

Avec Leonardo, il développe les armes et tente de déchiffrer le Codex. C’est un tel pilier pour Ezio qui parvient à faire confiance à cet homme qui n’est encore qu’un illuminé de plus pour le reste du monde.

Renaissance, c’est l’Italie, c’est le XVème siècle… C’est la religion qui est à la tête de tout : ce sont les Templiers et les Assassins qui semblent contrôler le monde. Ou bien est-ce la politique et l’argent qui se cachent derrière la religion ?

Ce livre est tordu, sombre et sanglant. Les descriptions sont aussi sympathiques qu’agaçantes. La fin est assez décevante… enfin, je m’attendais à plus grandiose mais c’est une invitation à en découvrir plus par le biais des autres histoires.

Un roman qui se laisse lire mais qui charmera probablement plus les lecteurs amoureux de l’Histoire.

Ma note : 13/20.

Publicités

Un commentaire sur “Assassin’s Creed Renaissance de Oliver Bowden

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s