Avis

Murmures de TJ Klune

Couverture et présentation :

Début de l’automne 1954 à Amorea, petite ville perdue dans les montagnes. Les horreurs de la guerre s’effacent devant un futur prospère. Personne ne ferme sa porte à clé la nuit, et l’entraide entre voisins reste une réalité tangible.

Les gens ici ont des certitudes : il fait bon vivre à Amorea, un bon communiste est un communiste mort, le Club des femmes dirige Amorea d’une main de fer dans un gant de velours blanc. Et le libraire, Mike Frazier, aime Sean Mellgard, le serveur du « diner ». Pourquoi n’ont-ils toujours pas concrétisé leur relation ? Cela reste un mystère pour toute la ville. C’est la cour la plus longue du monde, mais leurs regards ne trompent personne. Chi va piano, va sano paraît-il.

Quelque chose trouble Mike. Il entend des voix dans la nuit. Des ombres courent sur ses murs et de grandes nuées d’oiseaux qu’il est le seul à voir, couvrent le ciel. Quelque chose trouble Amorea. Et Mike fera tout son possible pour garder l’homme qu’il aime près de lui.

Éditeur : Reines-beaux
Numérique : 5€99
Papier : 20€
Pages : 484
Sortie : décembre 2018

Mon avis :

Impossible de passer à côté de ce titre alors qu’il était en promo, il y a deux jours. J’avais hésité à le prendre à sa sortie. Là, j’ai cédé.

L’ambiance à Amorea est étrange. Dès le départ, nous sommes plongés au coeur du mystère et les questions et hypothèses se bousculent dans nos têtes.

J’ai commencé par trouver la narration distante, comme si l’auteur refusait d’intégrer le lecteur. Ce détachement était à la fois un soulagement mais aussi un problème. Il a fallu que je dépasse plus de la moitié du texte pour pouvoir affirmer que ce livre est absolument génial. Parce qu’avant cela, je me disais que la chute de cette histoire devrait être à la hauteur de l’étrangeté qui règne dans l’esprit de Mike sinon ce serait un vrai gâchis.

Au cours de mes formulations d’hypothèses, j’ai fini par n’en garder qu’une seule, la première. Je ne vous dis rien pour ne pas vous spoiler bien qu’il s’agisse probablement d’une évidence.

Que cache l’apparente folie de Mike ? Pourquoi se pose-t-il autant de question alors que tout est si beau autour de lui ? Et les oiseaux, que d’oiseaux…

TJ Klune maintient le suspense très longtemps. Trop, peut-être, selon mes critères. Néanmoins, on finit par se sentir comprimés par cette atmosphère, parfois effrayés aussi. J’admets que, tout comme Mike, j’avais besoin de savoir mais que j’aurai aussi préféré m’abstenir. L’histoire m’a retourné le cerveau.

Concernant la romance, elle est assez en retrait. Elle existe, elle est là, mais elle est lente, si lente… et ça m’a laissé perplexe un long moment.

Mais la fin, quelle fin !

Ce texte, vous l’aimerez ou le détesterez. Vous le trouverez prodigieux ou complétement raté. Bien que le thème n’en soit pas un que j’aime particulièrement, pour les sensations flippantes que j’ai pu avoir en lisant, je trouve que c’est une réussite.

Ma note : 18/20.

Publicités

6 commentaires sur “Murmures de TJ Klune

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s