Avis

Carrie de Stephen King

Couverture et présentation :

81LEAOf7lXL.jpg

Carrie White, dix-sept ans, solitaire, timide et pas vraiment jolie, vit un calvaire : elle est victime du fanatisme religieux de sa mère et des moqueries incessantes de ses camarades de classe. Sans compter ce don, cet étrange pouvoir de déplacer les objets à distance, bien qu’elle le maîtrise encore avec difficulté… Un jour, cependant, la chance paraît lui sourire. Tommy Ross, le seul garçon qui semble la comprendre et l’aimer, l’invite au bal de printemps de l’école. Une marque d’attention qu’elle n’aurait jamais espérée, et peut-être même le signe d’un renouveau !

Editeur : Le livre de Poche
Numérique : 6€99
Papier : 7€20
Pages : 288
Sortie : Janvier 2010 (pour cette édition)

Mon avis :

Je n’ai jamais vraiment souhaité lire du Stephen King même si j’ai pu voir quelques films adaptés de ses romans. Quelques bribes du premier film de Carrie me sont revenues en cours de lecture mais c’est très vague. Je regardais des films d’épouvante quand j’avais dix ans sans sourciller. A quinze, je trouvais que c’était trop flippant. Et maintenant, je les évite au maximum. J’ai acheté mon premier Stephen King quand j’étais au lycée. C’était Cœurs perdus en Atlantide et je ne l’ai jamais lu. Je ne sais pas où j’ai mis le bouquin depuis le temps.

Le cas de Carrie est tout de même assez complexe. Je ne sais plus comment le film était construit mais le livre ne nous met pas dans une ambiance angoissante/étouffante. On a des extraits de livres, des articles de presse, des compte-rendus pour illustrer l’affaire Carrie White. Et entre tout cela, on a un « vrai » roman qui nous parle de la vie de Carrie.

On débute avec le moment mythique de l’humiliation suprême : Carrie est dans les douches lorsque ses premières règles débarquent. Comme elle est habituellement la cible de moqueries, vous imaginez sans mal comment cela va se terminer. Mal. Très mal.

Si vous cherchez à comprendre comment les critiques/moqueries/méchancetés peuvent atteindre la personne ciblée, Carrie est un bel exemple du mal qui ronge. Surtout si on rajoute sa mère complètement frappée par Dieu et ses préceptes extrémistes. Vous n’envierez jamais Carrie même si elle a des capacités peu communes. On la voit rapidement en action.

Le thème de la télékinésie, j’aime beaucoup. On étudie le cas de Carrie comme s’il était exceptionnel (assurément) parce que cela s’est soldé par des morts, un grand désastre. Stephen King relate des faits. C’est ce qui m’a posé problème pour plonger dans ce texte. Impossible de ressentir la tension. Pour vous donner un exemple, j’ai vu le dernier Ça, même si je connaissais l’histoire, le film était tourné de manière à surprendre, à effrayer. Il n’y a aucun suspense ici. On sait déjà comment cela va se terminer même si les détails nous sont donnés au fil des pages.

Mais ce livre est agréable à lire, bien écrit. Il est une vraie mine d’or sur les dégâts provoqués par le harcèlement scolaire malgré la particularité de Carrie. Je testerai Shining si j’en ai l’occasion. Et je lirai les nouvelles que j’ai dans mes étagères dans quelques temps.

Un titre de Stephen King à ne pas manquer selon vous ? J’attends vos suggestions.

Ma note : 15/20.

Publicités

6 commentaires sur “Carrie de Stephen King

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s