Avis·jeunesse

Gros sur le cœur de Carène Ponte

Couverture et présentation :


C’est l’histoire d’une adolescente sans doute un peu trop ronde, sans doute un peu trop fragile.
C’est l’histoire d’un nouveau lycée, des yeux qui dévisagent, des yeux qui jugent.
C’est l’histoire d’un professeur d’allemand qui séduit.
Mélissa, 17 ans, suit ses parents dans une nouvelle ville, un nouveau lycée.
Année de terminale sur la corde raide. Année charnière entre dégoût de soi, et renaissance.

Éditeur : Michel Lafon
Papier : 6€60
Numérique : 6€90
Pages : 255
Sortie : novembre 2018

Mon avis :

J’ai dévoré ce livre… je l’ai englouti comme si ça avait été un macaron (un de mes points faibles)…

Difficile de rester indifférent à Mélissa. Difficile de ne pas faire un parallèle à soi si l’on a vécu quelque chose de similaire…

Mais Mélissa n’est pas tout à fait seule même si elle n’en a pas conscience et c’est probablement ce qui fait qu’elle reste quelqu’un qu’on a envie d’aimer jusqu’au bout malgré ce qui se passe dans ce roman.

J’ai ressenti comme elle… incompréhension, faiblesse, tristesse, découragement, haine, prise de contrôle, dégoût… chacun des mots blessants de ce livre a fait écho à mon vécu personnel au collège, pas au lycée… et encore, je ne remercierai jamais assez les amis qui ont traversé ma vie pour me hisser vers le haut, sinon entre l’ambiance à domicile et l’ambiance à l’école, je ne sais pas où je serai.

Mélissa est forte, plus forte qu’elle ne le pense et c’est ce qui m’aura fait un peu grimacer face à sa manière d’agir pour cesser d’être une victime mais je crois qu’on peut comprendre.

Et au-delà de Mélissa, il y a tous ceux qui traversent cette dure période qu’est l’adolescence avec ses bons et ses mauvais côtés. Il y a ceux qui en prennent plein la tête mais qui restent debout. J’admire. Et même si aujourd’hui, une vraie lutte est mise en place pour limiter les dégâts, j’espère qu’on parviendra à faire en sorte que personne ne ressente le besoin de raconter une histoire comme celle de Mélissa. C’est beau de rêver.

Merci Carène pour ces jolis messages que l’on peut trouver dans ce livre en dépit de l’ambiance fort peu joyeuse et cette fin douce et en même temps amère. Souhaitons le bonheur à toutes les victimes de ce texte et à celles dans la vraie vie.

Si vous cherchez un roman parlant de harcèlement scolaire, d’adolescence, abordant la force des émotions durant cette période clé de la vie, foncez. C’est très bien écrit, c’est délicat et brut en même temps. Pour moi, c’est validé.

Ma note : 18/20.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s