Divers

Doit-on publier des retours négatifs lorsqu’on partage notre avis sur un livre ?

opposites-489521__340.jpg

Bonjour par ici,

Hier, je prenais ma dose de Facebook quotidienne lorsque je suis tombée sur un article partagé par Sam du blog Sur l’étagère derrière la sirène en plastique. Elle partageait un billet publié par Lire ou Dormir que je vous invite à lire ici.

Je n’ai pas réagi sur l’instant, me sentant un peu mal à l’aise parce que même s’il n’y en a pas beaucoup, j’ai aussi rédigé des articles peu sympathiques sans justification aucune sur le fait que ça ne m’avait pas plu.

C’est le moment pour moi de vous dire qu’il est toujours plus facile de parler de ce qui ne va pas que de ce qui va.

Même si j’essaie de voir le positif dans chacune de mes lectures décevantes, il me paraît primordial de vous dire si je n’ai pas aimé. Quant au pourquoi, il ne sort pas toujours aisément. Si cela provient de l’écriture de l’auteur avec laquelle nous ne sommes pas en osmose, il n’y a pas forcément autre chose que l’absence de feeling. Et c’est là que j’aimerai attirer votre attention. Aucun de mes retours négatifs n’a pour objectif de vous détourner du livre, aucun. D’ailleurs, je connais beaucoup de lecteurs qui préfèrent lire des avis négatifs, qui vont choisir leur lecture uniquement avec ces retours là. J’ai l’impression que ça a le goût du défi.

Alors, je voudrai m’excuser si parfois je ne donne pas un retour approfondi surtout pour les auteurs… il m’arrive aussi de les contacter en privé pour leur faire part de ce qui m’a dérangé (trop de fautes, trop abrupt, bref…) mais je ne le fais pas tout le temps.

Donc lorsque j’écris que j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire, c’est une absence de feeling qui ne met aucunement en cause la qualité d’écriture de l’auteur… C’est aussi pour cette raison que je précise qu’il y a des périodes plus favorables que d’autres pour lire certains livres.

Pour vous donner un exemple concret, j’ai aimé lire 50 nuances de Grey sur l’instant mais avec le recul, j’y trouve de nombreux défauts. Et je ne le relirai pas parce que je sais que cela ne passera plus aujourd’hui.

Cela m’amène à me justifier concernant la longueur de mes retours. Je préfère aller droit au but sinon je me rends compte que je tourne en rond. Si cela ne me gêne pas de suivre quelques blogs qui sont adeptes des chroniques détaillées, je ne ferai probablement jamais la même chose même si j’admire leur capacité à parler longuement d’un ouvrage sans jamais tomber dans la répétition.

Je le redis, j’écris des avis… Je ne suis pas chroniqueuse. J’ai tellement peur de spoiler que je m’en tiens au minimum. Et je me dis que ça peut intéresser certaines personnes de ne lire qu’un retour court… enfin, j’espère.

weigh-2856321__340

Le choix de lire un livre qui a des chances de ne pas nous plaire. Comme c’est un point soulevé par Lire ou Dormir, je fais le choix de vous en parler.

Il y a des auteurs que je n’ai pas envie de lâcher… désolée, c’est mon côté sangsue. Donc même si je sais qu’ils ont, par exemple, tendance à avoir recours à l’érotisme alors que je ne tiens pas particulièrement à en trouver, j’y vais quand même. C’est en connaissance de cause, je peux faire le choix de ne pas lire les passages érotiques s’ils me dérangent ou les lire mais il y a de la matière en dehors de ça, de la matière qui m’intéresse. Dois-je démonter un ouvrage pour son érotisme alors que l’on est averti du contenu ? Non. Par contre, je peux toujours vous dire que ça ne me tente pas et appuyer sur ce qui a fait que j’ai pu avoir de l’intérêt pour le roman : le thème, la psychologie, etc…

Je n’aime pas les triangles amoureux… Je les déteste. Si la présentation du roman en parle, il y a des chances pour que je n’ouvre pas le livre. En revanche, je peux aussi y aller en connaissance de cause, surtout si c’est un auteur dont j’apprécie la plume. Par contre, si je ne suis pas avertie, j’en parlerai probablement comme un problème dans mon avis. Une fois encore, ce qui primera sera la façon dont ce triangle est mené, s’il est justifié…

Il en est de même dans les romans mettant en scène des trios. J’en lis rarement mais je le fais en sachant que ce sera un trio donc j’ai un bon état d’esprit quand je commence ma lecture. Par contre, il m’est arrivé de lire un roman où il était question de polyamour sans le savoir. Et ça, c’est passé de travers. Surtout quand vous voyez les auto-édités et les petites ME justifier quand ça sort de la norme, mais que les grandes ME ne s’embarrassent de rien. Vous l’aurez compris, il était publié par une grande ME dans sa section romance « classique ».

Pour terminer sur le sujet initial, je pense qu’il est important de parler des romans qu’on n’a pas aimé et de le faire avec bienveillance si cela nous est possible. Je fais des efforts de ce côté-là. Mais si ce n’était pas le cas, il ne faut pas hésiter à me le dire ou à me demander d’en dire plus. Les mots ne viennent pas toujours sur l’instant.

Que pensez-vous des retours négatifs ? En faites-vous aussi ?

Je vous dis à très bientôt. ^_^

Publicités

9 commentaires sur “Doit-on publier des retours négatifs lorsqu’on partage notre avis sur un livre ?

  1. Merci pour le partage de l’article qui t’a fait réagir. Dans les deux cas, c’était intéressant.
    Bon, ce n’est pas un scoop, mais je suis pour le partage d’avis négatifs. J’en fais régulièrement, et je pense suffisamment détaillé ce qui m’a déplu. Mais je pense aussi que les gens qui me suivent, s’ils veulent une précision, savent qu’ils peuvent me le demander et je le ferai. Je peux totalement voir les qualités d’une oeuvre, et ne pas apprécier, car chacun ses goûts. Ce qui fait que je peux dire du bien d’un manga/roman et mettre 13 (qui est considéré comme une note assez basse par certains lecteurs) et même 10, si je n’ai rien ressenti pour des raisons de plume mais que l’oeuvre à les qualités pour plaire. Je dis bien aussi de retenir mes mots et non ma note, et je n’interdis personne d’aller lire un roman que j’ai déprécié. Par contre, là où je préfère ne pas poster un avis négatif, c’est quand le livre m’a paru si lacunaire/mauvais, que je n’ai aucune énergie/envie, de consacrer mon temps à rédiger un article dessus. D’autres fois, je ne chronique pas un livre car je n’ai rien de particulier à dire, ça ne fera pas une chronique assez longue, alors je note deux-trois mots dessus sur les autres sites ou je suis. Club fantasy par exemple, j’ai trouvé l’érotisme très bien écrit et l’histoire cohérente. Ce n’était pas une déception, mais je n’avais rien de particulier à dire dessus alors je ne l’ai pas chroniqué. Il m’est arrivé d’être assassine autrefois dans une chronique sur un livre que je n’avais profondément pas aimé : After. Mais même là, on pourra me reprocher d’être « dure », mais pas de ne pas avoir expliqué ce qui m’a déplu. Je n’ai jamais balancé un « c’est nul » ou « c’est à chier ». Et quant à ceux ayant mis 17/20 à un livre ou plus, me disant que mon 14/20, est trop dur, je n’ai que cela à répondre : « chaque ressenti de lecture est différent. Si à tes yeux, ce livre est une pépite valant 20, aux miens, ce n’est pas le cas et je ne suis pas obligée de mettre la même note que toi. » Il y a des gens bon public, j’en vois de nombreux sur la toile. Est-ce que je vais pour autant venir leur dire « ta note es trop élevée. Ce livre ne vaut pas 19/20 ! » Non. Cela s’appelle respecter les goûts des autres. Et ni mes goûts, ni les leurs, ne sont universels. Je préfère largement lire les avis négatifs sur une oeuvre, car souvent, ils sont argumentés et nuancés, et je comprends rapidement qu’effectivement, le livre ne me plaira pas. Parfois je tente, d’autres fois non. Et très souvent (pour ne pas dire tout le temps), je rejoins les rangs de ceux n’ayant pas apprécié. Quant aux auteurs qui ne savent pas accepter la critique, tant pis pour eux, s’ils aiment s’enrouler dans des tissus de mensonges ou rejeter tout élément pouvant les servir à s’améliorer, eh bien, c’est leur choix. Quand en plus le problème provient d’un style d’écriture et qu’ils ne veulent pas entendre raison en se disant forcément qu’on a pas lu le livre ou qu’on ne respecte pas leur travail, ils vont pas aller loin non plus.

    Aimé par 3 personnes

  2. Le message s’est envoyé avant que je termine ! ^^’
    Ce n’est pas parce qu’écrire prend du temps, de l’énergie, etc, que tout le monde doit aduler le résultat. ça peut piquer un avis négatif, c’est compréhensible et normal, c’est « le bébé » de l’auteur qui n’a pas plu et dont on cite des lacunes etc. Mais comme à dit Sam, il faut savoir prendre du recul. De même, les auteurs qui vont se venger sur ceux n’ayant pas aimer leur bouquin, en plus de faire preuve d’une grande immaturité, ils se décrédibilisent. Une blogueuse sur Twitter avait rencontré ce problème avec une auteure française disant qu’elle n’avait rien compris à son histoire. Et l’auteure lui envoie régulièrement des piques publiques. Cela a dégoûté la blogueuse et depuis, elle préfère éviter les auteurs français. Tu diras « dommage de condamner tous les auteurs à cause d’un seul’ (mais non ce n’était pas la première fois et en plus, j’ai déjà constaté que les auteurs français sont effetivement très/trop susceptibles et incapables de prendre la critique pour la plupart, mais j’ai aussi croisé certains qui malgré la dureté des mots, vont converser avec le lecteur pour avoir plus de détails et qui acceptent bien les critiques). C’est une question (à mon sens) de mentalité et de maturité.

    Aimé par 2 personnes

    1. Je ne sais pas si les français sont plus compliqués mais ils sont plus proches que les américains par exemple – si ce que je dis est clair lol J’ai eu le droit à une autrice qui m’a concrètement traitée d’idiote car je ne comprenais pas son livre et ne voulais pas le chroniquer au risque de l’assassiner. Une autre que je n’ai pas non plus chroniqué et à qui j’ai expliqué pourquoi, a posté sur amazon un avis sur mon roman en utilisant les mots que j’avais utilisés pour le sien. La bassesse de ces gens me laisse perplexe.
      Sur Twitter c’est là que les gens sont les plus virulents, pour ça que je n’y suis pas très active :/

      Aimé par 2 personnes

      1. La méchanceté gratuite, c’est nul. On ne peut pas plaire à tout le monde, déjà. Je pense que je ne pourrai pas supporter ce genre d’attitude. Si on ne peut pas dialoguer, c’est dommage. Et pour les « Français », je ne pense pas. Il n’y a pas la barrière de la langue, ce qui facilite l’échange auteur/lecteur parfois pas pour le meilleur.

        J'aime

    2. Comme nous en avions déjà discuté en privé, je sais ce que tu en penses. 🙂 Mais c’est vrai que c’est un problème assez récurrent, en parler ou pas… se justifier ou pas… bref. Si un échange est réellement possible avec certains auteurs, il n’en va pas de même avec tous. Je n’ai pour le moment pas rencontré d’auteurs réfractaires. Par contre, il m’est arrivé de voir un de mes avis tourné en ridicule et pourtant, il était positif. Étant susceptible, je ne l’ai pas particulièrement bien pris. Ce n’était pas grand chose, je pense que j’ai fait une montagne de la chose mais je n’ai apporté aucune réaction sur cette affaire… j’ai demandé autour de moi si c’était déplacé ou pas et globalement, mon entourage a trouvé ça correct.

      La susceptibilité des gens n’a aucune limite mais je pense qu’il faut être capable de passer à autre chose qu’on soit auteur ou blogueur. Ce doit être difficile pour la blogueuse de recevoir des piques régulièrement et de façon gratuite.

      Merci d’avoir partagé ton point de vue. 🙂

      Aimé par 1 personne

  3. Je suis également pour le partage d’avis négatifs. A mon sens, si la critique se fait dans le respect de chacun et explique pourquoi le livre n’a pas plu, elle a au contraire toute sa place. J’aime beaucoup lire les critiques négatives, quitte à les comparer à une autre plus positive pour se faire une idée différente. Une critique négative ne m’empêchera pas forcément d’avoir envie de lire l’ouvrage en question, parfois même tout le contraire. Je voudrai me faire mon propre avis tout en sachant que je risque d’être déçue comme la chroniqueuse/chroniqueur. En même temps, ça permet de contrebalancer ses propres attentes quitte à être agréablement surprise au final.
    Je trouve dommage les auteurs/maisons d’édition qui ne prennent pas bien les avis négatifs. Un livre ne peut pas plaire à tout le monde. Un avis négatif ne dit pas que tout est à jeter mais que ça ne l’a pas fait pour un individu précis.

    En tout cas, je trouve ton article très intéressant.

    J'aime

  4. Coucou, je n’avais pas encore lu cet article, alors que le sujet m’intéresse beaucoup.
    Moi je pense qu’en tant que lectrice ayant acheté le livre, tu as, bien sûr, le droit de dire que tu n’as pas aimé. Tu as payé pour un objet et s’il ne te convient pas, tu as le droit de raconter pourquoi.
    D’autant que toi, tu vas le faire avec délicatesse et en étant constructive. ♥
    Par contre, il y a de plus en plus de personnes qui se comportent en « consommateurs » (un ebook, ça ne coûte presque rien), c’est-à-dire qu’ils téléchargent le livre, le feuillètent et laissent un commentaire assassin et non productif et ça, forcément, ça m’insupporte. (Heureusement, ça ne m’est pas arrivé souvent, ouf…)
    Enfin, personnellement, je ne publie jamais d’avis négatif car je suis dans une démarche, comme tu le sais, où je ne veux parler que du meilleur des gens. Donc, si je n’aime pas, je ne vais pas y consacrer un article. 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Je sais comment tu fonctionnes. Et tu as raison de le faire ainsi. Il y a certainement des livres que je pourrai détester, assez pour ne rien dire dessus. En publiant des retours mitigés, j’espère aussi donner de l’intérêt à d’autres. Par exemple, je n’aime pas les triangles amoureux, automatiquement, ça fait baisser ma note mais il y a des lecteurs qui aiment ça. En plus, selon les circonstances du triangle, ça peut passer.
      Et en effet, je déteste voir des commentaires avec une étoile quand la personne ne cherche pas à s’expliquer ou que c’est juste pour le plaisir de descendre. Mais je pense que c’est aussi bien de s’exprimer sur les mauvais côtés des lectures, ça peut interpeller plus que le positif. J’essaie toujours de voir le bon côté, j’essaie plus fort chaque fois mais à force de lire, beaucoup, et dans le même genre, il y a des choses qui ont du mal à passer. J’essaie de varier un peu plus pour limiter cette sensation de lassitude. 😄
      Merci pour ton avis sur la question.

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s