Avis

Bel-Ami de Guy de Maupassant

Couverture et résumé :


Bel-Ami est un roman réaliste de Guy de Maupassant publié en 1885 sous forme de feuilleton dans Gil Blas et dont l’action se déroule à Paris au xixe siècle, en pleine Révolution industrielle. Ce roman, retrace l’ascension sociale de Georges Duroy, homme ambitieux et séducteur (arriviste – opportuniste), employé au bureau des chemins de fer du Nord, parvenu au sommet de la pyramide sociale parisienne grâce à ses maîtresses et au journalisme. Sur fond de politique coloniale, Maupassant décrit les liens étroits entre le capitalisme, la politique, la presse mais aussi l’influence des femmes, privées de vie politique depuis le code Napoléon et qui œuvrent dans l’ombre pour éduquer et conseiller. Les thèmes sont éternels : le sexe, l’argent et le pouvoir. L’œuvre se présente comme une petite monographie de la presse parisienne dans la mesure où Maupassant fait implicitement part de son expérience de reporter. Ainsi l’ascension de Georges Duroy peut être une allégorie de la propre ascension de Maupassant. Extrait : Quand ils pénétrèrent dans la salle de bal, elle se serra contre lui, effrayée et contente, regardant d’un œil ravi les filles et les souteneurs et, de temps en temps, comme pour se rassurer contre un danger possible, elle disait, en apercevant un municipal grave et immobile : « Voilà un agent qui a l’air solide. » Au bout d’un quart d’heure, elle en eut assez, et il la reconduisit chez elle. Alors commença une série d’excursions dans tous les endroits louches où s’amuse le peuple ; et Duroy découvrit dans sa maîtresse un goût passionné pour ce vagabondage d’étudiants en goguette.

Numérique : 0€

Papier : 8€53

Mon avis :

Je tiens à vous préciser que je n’ai pas lu la présentation donc mon retour ne sera influencé que par mon ressenti, sachant aussi que je ne connaissais pas ce texte et n’avais pas la moindre idée du sujet.

Si j’ai oscillé entre des moments de lecture appréciables et des moments plus ennuyeux, j’ai aussi lu en diagonale la moitié du roman. Je ne vais pas m’en excuser, ça tourne un peu en rond. L’attitude du personnage central étant de pire en pire. Mais je vous livre un peu le contexte.

George Duroy pensait faire fortune à Paris mais il se rend rapidement compte que c’est plus compliqué que prévu. Tombant par hasard sur Forestier, une connaissance, il va alors intégrer un nouvel emploi, mieux payé, mais qui ne va pas lui permettre de mener la grande vie.

À Paris, vois-tu, il vaudrait mieux n’avoir pas de lit que pas d’habit.

Le ton est donné. George va alors chercher le moyen le plus facile pour accéder à un niveau de vie supérieur. Si parfois ça lui tombe tout cuit dans le bec, il va aussi ruser et atteindre un rang plus prestigieux.

« C’est un truc à saisir », pensait-il, en voyant certains confrères aller la poche pleine d’or, sans jamais comprendre quels moyens secrets ils pouvaient bien employer pour se procurer cette aisance. Et il soupçonnait avec envie des procédés inconnus et suspects, des services rendus, toute une contrebande acceptée et consentie. Or, il lui fallait pénétrer le mystère, entrer dans l’association tacite, s’imposer aux camarades qui partageaient sans lui.

George est un vilain séducteur, jurant amour à beaucoup de jupons. Difficile à suivre, plus difficile encore d’y voir de la sincérité. C’est un bonhomme envieux, jaloux dont les côtés manipulateur et calculateur s’affirment toujours plus en avançant dans le texte.

Clairement, je n’ai pas aimé George. Au départ, j’ai pensé que je le pourrai, mais il se révèle tellement mauvais que je n’ai pas pu continuer à me montrer empathique. Ce gars-là possède beaucoup de choses que je déteste chez l’être humain tout en persistant pour faire croire à sa supériorité.

Cependant, j’étais assez curieuse de connaître la fin réservée à George donc j’ai tenu bon. Nul doute que ce livre plaira aux personnes qui aiment la société de l’époque et ses caractéristiques. Pour moi, c’était un peu trop surtout si vous savez comme je déteste les romans « historiques ».

Je ne regrette pas de l’avoir lu mais en comparaison, j’ai préféré Pierre et Jean. Je m’arrête là pour ma découverte de Maupassant même si je lirai prochainement d’autres de ses écrits.

Publicités

9 commentaires sur “Bel-Ami de Guy de Maupassant

  1. Quels étaient les défauts de Georges hormis son côté hautain ? (puisque tu as dit qu’il est un condensé de tout ce que tu n’aimes pas chez l’être humain). Tu peux te reposer oui, tu as lu pas mal dans un genre qui n’est pas ta tasse de thé.

    Aimé par 1 personne

    1. … il paraissait classique, correct au départ. En gros, je ne saurai te trouver des qualificatifs mais il devient totalement *con* avec les femmes. Je trouve ça nul… il méprise la femme qu’il épouse, jaloux d’un mort. Il est horrible. Mais comme à cette époque, la place de la femme était très claire, cependant, il l’utilise parce qu’elle sait y faire dans son métier et ne la remercie même pas. Il se fait passer pour quelqu’un de bien tout en devenant calculateur. La deuxième partie le montre sous un jour encore pire. J’ai bien conscience qu’on dépeint des réalités et justement, je trouve que c’est effrayant.

      Aimé par 2 personnes

      1. C’est dur de t’en parler… Je crois qu’il faut le lire. C’est dans les actions du monsieur qu’il y a des choses pas très correctes. Cependant, il reste assez ordinaire. Ce n’est pas un tueur en série. 😅

        Aimé par 1 personne

    1. Je n’ai pas encore lu de Zola mais je prévois de le faire un de ces jours. Par contre, j’ai quand même apprécié les nouvelles que j’ai lu ainsi que Pierre et Jean. C’est une amie qui a cité Bel-Ami comme le meilleur Maupassant qu’elle ait lu. 😉 Chacun ses goûts. Pour moi, c’était trop long surtout donc ça a contribué à rendre le « héros » encore plus « horrible » qu’il ne l’est… Le mieux c’est de tester. ^_^

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s