Avis

Huis clos suivi de Les mouches de Jean-Paul Sartre

Couverture et résumé :

Garcin, révolutionnaire lâche et mari cruel : douze balles dans la peau ; Inès, femme démoniaque qui rendra folle de douleur sa jeune amante : asphyxie par le gaz ; Estelle, coquette sans coeur qui noie son enfant adultérin : pneumonie fulgurante. Morts, tous les trois. Mais le plus dur reste à faire. Ils ne se connaissent pas, et pourtant, ils se retrouvent dans un hideux salon dont on ne part jamais. Ils ont l’éternité pour faire connaissance : quelques heures leur suffiront pour comprendre qu’ils sont leurs bourreaux respectifs. « L’enfer, c’est les autres ».

Tous les thèmes sartriens sont là, orchestrés avec brio : la valeur de l’engagement, le poids des actes, les limites de la responsabilité. Avec Huis clos, le grand prêtre de l’existentialisme signait l’une des ses pièces les plus fortes : la scène se prêtait bien à ces réquisitoires concis et percutants, que l’on retrouvera dans Les Mouches et surtout Les Mains Sales.

Mon avis :

Comme je le disais dans mon bilan du mois de Mars, Huis clos n’a pas obtenu mon admiration, il a tout juste retenu mon intérêt.

Pour moi, c’était terriblement confus. Si l’idée principale était alléchante, j’ai perdu le fil et pourtant… trois personnages pour du théâtre, ce n’est pas la mer à boire.

Je viens de terminer Les mouches. Je vais être brève parce que ce texte a sûrement reçu sa part de critiques détaillées qui ont sûrement beaucoup de sens, bien plus que si je m’y risquais. Mais j’ai drôlement apprécié ma lecture.

Ça m’a rappelait que je portais beaucoup d’intérêts aux tragédies grecques qu’on nous servait à l’école. Et en lisant Les Mouches, je me suis souvenue de ce plaisir que j’avais en faisant acte de présence lors des cours de français.

J’ai été fascinée par le personnage d’Oreste, d’une telle clarté et pureté au départ pour devenir un être plus sombre et mauvais en apparence à la fin. Méfions-nous tout de même des jugements hâtifs, Oreste restera ce personnage qui gagnera malgré tout même si l’objectif semble évoluer vers des atrocités innommables.

Je sais que je devrai lire plus souvent sous cette forme qu’est le théâtre que j’aime particulièrement. J’ai des grands classiques à découvrir et à portée demain. J’essaierai d’en glisser un par mois, histoire de ne pas me laisser porter par la facilité.

Est-ce que vous avez lu Huis Clos ou Les Mouches ? Qu’en avez-vous pensé ?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s