Avis

Les mots sur l’ardoise de Angie Le Gac

Couverture et résumé :


Éva, une jolie jeune femme de trente-deux ans a, en apparence tout, pour être heureuse : elle est avocate, vit dans une magnifique maison d’un quartier huppé de Marseille avec son mari avocat également. Elle partage son temps entre son métier et ses rêveries dans son jardin d’hiver, où elle lit entourée de ses orchidées, tout en buvant du thé et en mangeant des macarons, ses gourmandises préférées.
Mais un jour tout dérape. Alors qu’elle plaide une affaire au tribunal, l’extrémité de son nez disparait, bientôt suivie par d’autres parties de son anatomie. Cette mésaventure qui peut sembler cocasse va pousser Éva à s’interroger sur sa vie, ses priorités et ses espoirs.
La question existentielle que lui pose son médecin : « Êtes-vous heureuse ? » va la bouleverser et la conduire sur des chemins qu’elle n’avait pas envisagé d’explorer.
Et si Éva n’avait le choix qu’entre se découvrir ou disparaitre tout à fait ?

Éditeur : auto-édition
Numérique : 2€99
Pages : 105
Sortie : 14/03/2019

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé l’histoire d’Éva parce qu’elle pourrait presque être celle de madame tout le monde. C’est ce presque que j’aimerai nuancer.

Éva a tout… ou presque. Déjà, c’est un premier fait. Elle vit dans une belle maison, elle a un bon travail, elle est mariée… en théorie, on pourrait penser que c’est une femme accomplie.

Comme la plupart des gens, Éva s’est laissée porter par son quotidien, a fait et continue de faire ce que l’on attend d’elle. Jusqu’à ce qu’on lui fasse remarquer, en pleine audience, qu’elle a perdu une partie de son nez. Une mauvaise blague ? Pas du tout même si son propre mari ne voit rien de changé. C’est en partie grâce à une rencontre imprévue avec une personne de son passé qu’Éva va trouver le courage de se remettre en question. Ceci aidé par des événements confirmant à quel point elle se leurre si elle croit avoir atteint le meilleur pour elle.

Elle aimerait secouer les choses, mais, prise dans la douce torpeur d’un quotidien confortable, dans un cocon soyeux, elle s’abandonne. C’est tellement plus facile de ne pas se rebeller et elle est si lasse. Elle doit juste refermer la porte sur l’horizon qu’elle a aperçu aujourd’hui, cette autre vie possible ailleurs.

Je m’arrête là concernant le récit. C’est à la fois triste, plein d’espoir et parfaitement réconfortant. Sauf qu’Éva n’est pas si ordinaire et que tout ce qui lui arrive est rythmé par un excellent timing de signes du destin. Bonne idée ? Évidemment, pour quiconque veut y croire. Pour les autres, néanmoins difficile de se reposer sur les signes même si le texte insiste bien sur le fait que le bonheur passe par soi-même.

Quand on est bien avec soi-même, on est heureux où que l’on se trouve et la compagnie des autres — la bonne, j’entends — est un cadeau, un ravissement, la cerise sur le gâteau, jamais une nécessité.

Je suis donc assez mitigée parce que le tout est sympathique mais les péripéties sont prévisibles. La fin arrive trop vite et elle est sans réelle surprise.

Pourtant l’idée de faire disparaître des parcelles de soi, de comprendre comment les récupérer et enfin vivre pour soi plutôt que pour les autres est excellente.

J’ai passé un bon moment mais je reste sur ma faim. Difficile de s’identifier à une femme qui a tout, même si elle n’est pas heureuse, à qui l’on met les bons pions sur son chemin pour qu’elle parvienne à avancer. Mais c’est joliment écrit, comme Angie Le Gac sait si bien le faire. Je n’aurai pas été contre quelques chapitres supplémentaires pour avoir un peu plus d’Éva dans sa quête d’elle-même.

Le grand plus de ce texte sont Tamara et son ardoise : le titre prend enfin sens. C’est ce simple détail qui peut changer toute une vie.

Ma note : 15/20.

Publicités

Un commentaire sur “Les mots sur l’ardoise de Angie Le Gac

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s