Avis

Tous nos jours parfaits de Jennifer Niven

Couverture et résumé :


Quand Violet et Finch se rencontrent, ils sont au bord du vide, en haut de la tour du lycée, décidés à en finir avec la vie. Finch est la «bête curieuse» de l’école. Il oscille entre les périodes d’accablement, dominées par des idées morbides et les phases «d’éveil» où il déborde d’énergie. De son côté, Violet avait tout pour elle. Mais, neuf mois plus tôt, sa sœur adorée est morte dans un accident de voiture. La survivante a perdu pied, s’est isolée et s’est laissé submerger par la culpabilité. Pour Violet et Finch, c’est le début d’une histoire d’amour bouleversante : l’histoire d’une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir.

Éditeur : Gallimard jeunesse
Pages : 432
Grand format : 17€50
Poche : 7€75
Sortie : 21/09/2017

 

Mon avis :

Je ne sais pas ce qui m’a fait céder à la tentation pour ce roman mais il correspond en tout point à ce que j’aimais lire avant : du drame et une histoire d’amour dans un contexte peu commun.

Rien ne dure et, comme tout le reste, aujourd’hui n’est plus, mais c’était un bon jour. Le meilleur depuis des mois.

Finch est un héros qui sort de l’ordinaire. Loin d’afficher des qualités que l’on admire, il est un être cabossé. Le Fêlé, voilà comment on l’appelle à l’école. Il sort d’une phase de sommeil durant laquelle il a peu de souvenirs. Nous ne savons pas réellement ce que cela implique au départ, simplement que ça le conduit sur le toit de l’école où il y rencontre Violet. Elle, c’est tout son contraire, élève populaire, même si depuis le décès de sa sœur, elle semble ne plus être en accord avec le reste du monde.

[…] seulement la question n’est pas de faire une petite nuit blanche, mais de rester éveillé, de rester là, bien présent, à long terme.

L’autrice nous mène en bateau du début à la fin, sans jamais mentionner la maladie de Finch. Si vous n’avez pas lu la présentation et la note à l’arrière du bouquin, vous ne savez rien de ce qui maintient Finch dans cet état de vouloir toujours plus affronter la vie, la narguer, et prouver qu’il est là, encore !

– Parfois ce qu’on ressent nous paraît plus vrai que la vérité, Ultraviolet.

Si Violet se débat avec sa culpabilité d’être une survivante là où sa sœur n’a pas eu cette chance, elle n’en reste pas moins une ado typique dont les émotions font du yoyo. Ces constats ne lui permettent aucunement de juger de l’état de Finch, interprétant ses crises comme des sautes d’humeur dignes des ados. Le monde semble penser que Finch est peut-être un mec qui se la raconte, qui cherche à attirer l’attention. Le seul à proposer une autre hypothèse est le psy qu’il doit voir au lycée mais cela va prendre du temps avant que ce soit formulé à voix haute.

[…] sa façon de me regarder comme s’il n’y avait que moi sur cette terre, qu’elle voyait à travers la chair, les os jusqu’au plus profond de moi, le vrai moi que je ne connais pas moi-même.

Nous ne sommes pas sûrs de la tournure que l’histoire va prendre. Quel genre de fin l’autrice va donner à cela alors que Finch, bien que très attaché à Violet semble perdre pieds ? Violet, de son côté, nous apparaît comme enfin libérée de ce qui la pèse.

Ce que j’ai aimé dans ce roman, c’est l’apparente légèreté dans laquelle les personnages évoluent, tout en offrant aux lecteurs des phases de gravité sans jamais tomber dans le trop. Ce qui m’amène à ce « trop peu » que j’ai pu ressentir. J’ai eu l’impression que la première partie qui se consacre à la rencontre et au début d’une amitié était trop longue comparée au reste du roman. Le tout fortement souligné par la fin qui manquait de profondeur (dans le sens psychologique).

Cela n’engage que moi parce que Jennifer Niven n’a pas écrit cette histoire en la sortant de son chapeau… elle a vécu quelque chose de similaire qui lui permet de maintenir la crédibilité, à la fois de Finch et de l’attitude de Violet face à cet ami/amoureux qui la déroute.

Une jolie petite histoire, dramatique par ce qu’elle aborde, tout en restant aérienne à l’image de l’adolescence.

Ma note : 13/20.

Publicités

3 commentaires sur “Tous nos jours parfaits de Jennifer Niven

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s