Divers

La Romance, l’Érotisme… et moi !

Bonjour à vous,

C’est un article que je souhaite rédiger depuis quelques temps déjà afin de vous expliquer mes petites colères parfois lorsque je lis une romance qui n’en est pas vraiment une. Je m’explique.

Ce que je considère être de la romance.

Ma définition serait une belle histoire d’amour qui a une fin heureuse. A l’image des contes de fées, le « et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants… » me semble la condition de base d’une romance réussie. Sinon, c’est un autre type de texte.

Ce que j’ai trouvé de génial dans la romance quand j’ai débuté vers l’âge de onze ans.

Clairement, deux personnes qui développent un attachement différent de l’amitié classique était amplement suffisant pour me combler. Cliché ou pas, j’adorais le magazine Girl! qui proposait le roman-photos. ET, c’était trop mignon.

Ce que j’ai adoré lorsque j’ai découvert les romances pour ado vers l’âge de treize ans.

Ce n’était pas grand chose mais trouver de belles histoires d’amour que vous pouviez vivre vous-même, ça n’a pas de prix… un peu comme mon immense collection de livres Cœur Grenadine que je possédais. Je ne lisais que ça ou presque. C’était mignon, représentatif des ados de l’époque et terriblement guimauve… Mais je ne vous cache pas qu’à cet âge là, je rêvais au Prince Charmant.

Ces romans qui ont fait battre mon cœur et rêver bien au-delà de tout ce que j’avais pu lire auparavant (exception faite de Harry Potter bien sûr ! ).

Vers l’âge de seize ans, je récupérais une petite cinquantaine ou centaine de romans à l’eau de rose qui appartenaient à ma mère : les fameux Harlequin des années 70/80 ainsi que des Turquoise/Médaillon de chez Presses de la Cité. C’était une romance qui ne jouait pas dans la même catégorie que mes Cœur Grenadine, c’était en même temps plus mature et surtout en subtilité ! Je suis restée de nombreuses années avec uniquement ces romans… J’ai acheté entre temps la saga Twilight de Stephenie Meyer. J’ai testé Journal d’un vampire de L.J. Smith. Puis j’ai arrêté de lire. Je me nourrissais que série TV plutôt que de livres n’étant pas très heureuse de ce qu’on proposait.

Le jour où j’ai repris la lecture et la romance.

J’attendais mon second enfant. Je m’ennuyais lorsque ma grande était à l’école. Un beau jour, j’ai récupéré tous les Harlequin et Presses de la Cité dont j’ai parlé précédemment. Je les ai tous lus ou relus. C’est devenu insuffisant. Ma mère, dévouée, a fait quelques boutiques d’occasion et m’en a acheté des tonnes ! J’ai rapidement atteint les 800 livres (je me souviens de ce nombre qui m’avait marqué). Puis j’ai commencé à regarder au supermarché : mon cœur a fait des ratés quand je me suis aperçue qu’Harlequin était encore en bonne place : pendant plus de deux ans, j’ai dévoré les collections Black Rose, Blanche et BestSellers. Mais il y a eu un point de rupture quand la ME m’a déçu en n’éditant plus autant et en nous proposant de la réédition (que j’avais déjà lu). Bien sûr, il y a eu ce moment où j’ai pu me rendre compte que J’ai lu pour elle avait un gamme à suspense. Et j’achetais toutes les sorties. Je lisais entre 10 et 20 romans neufs par mois. Je comblais les vides avec mes occasions, mes vieilles romances que je trouvais parfois pathétiques. Ce qui n’était pas le cas à 18 ans mais clairement, à 25… ça n’allait plus. La romance toujours avec un peu moins de subtilité mais encore un peu de pudeur. On éveille les sens, on ne les pousse pas à l’extrême.

L’explosion de 50 nuances de Grey et l’ouverture à l’érotisme franc (ou à la pornographie littéraire).

Je ne voulais pas lire 50 nuances de Grey. Qu’on se le dise bien… Tous ces romans qui font les têtes d’affiche ne m’intéressent pas. J’avais fait un jour une exception : j’avais treize ans. J’ai lu Harry Potter et la Chambre des Secrets bien au chaud dans le lit de ma cousine qui m’avait lâchement abandonnée (en vérité, elle avait son week-end chez son papa et je n’allais pas faire trois cents kilomètres pour rentrer chez moi). Et ce bouquin m’a tellement retournée que je suis tombée dans le bain Harry Potter alors que je ne le voulais pas !
Revenons à 50 nuances… et si je loupais l’affaire du siècle ? Mais le sado-masochisme quand même, c’est un peu hard, non ? J’ai acheté les trois livres parce que je ne voulais pas avoir à attendre et relire. Je les ai lu et j’ai aimé les lire sur l’instant. Loin de grimacer ou de trouver des choses horribles que j’imaginais dans le SM… Ce qui m’a fait me poser la question : et si, dans l’unique but de plaire à un certain public, ce roman ne dépeignait pas une réalité mais plutôt autre chose ?
50 nuances est devenu le roman qui n’avait pas sa place dans mes étagères (mais il y est encore, je suis trop conservatrice). Et soudainement, sont apparues les romances très érotiques même pornos qu’on trouve sur le marché encore aujourd’hui.

Mon premier roman érotique.

J’avais dix-sept ans. Je suis allée dans une boutique d’occasion avec une amie. J’ai pris un livre dont le titre semblait sympa. Je n’ai pas trop regardé la couv’ encore moins la présentation. Ensuite, on a rejoint un café et on s’est posées. Elle a pris le bouquin et a explosé de rire. Comme j’étais assez habituée à subir des moqueries dans le bon comme le mauvais sens, j’ai directement posé la question de ce que j’avais fait. Elle m’a tendu le bouquin en pointant du doigt « meilleur roman érotique » ou quelque chose de similaire. Vous savez ce qu’on a fait ? Des gamines de dix-sept ans curieuses ne pouvaient qu’ouvrir le roman et le lire mais le lieu ne s’y prêtait pas du tout. J’ai remis le livre dans mon sac. Bien plus tard, je me suis dit que je devais le lire. Je l’ai fait. Je peux vous dire que là, j’en ai pris plein l’imagination ! Mais loin de dépeindre du sexe romantique, si je peux le nommer ainsi, j’ai découvert l’incitation à l’excitation par la brutalité et la violence. Un homme qui se fait abuser par un autre et une femme qui se fait attacher et violer à l’aide d’un objet que je ne préfère même pas vous citer. Aurais-je donc lu mon premier MM/FF/MF/MMFF à dix-sept ans ? En 2005, je découvrais le sexe entre hommes dans les livres. EN réalité, j’ai détesté cette histoire. C’était tordu. Et pourtant, je n’étais pas une oie blanche. J’avais vécu mon lot de mauvaises choses. J’ai donné ce bouquin à une amie qui l’a lu ou pas, nous avons perdu contact peu de temps plus tard.

Comment je suis passée de très enthousiaste à terriblement déçue par la romance.

J’ai lu trop de romance qui sans sexe perdait en intensité. Comprendre plutôt que l’histoire était vide sans les scènes érotiques. Je voulais des sentiments, de l’attachement, de la force, de l’amour avec un grand A… au lieu de quoi, on nous donnait du « il baise tellement mieux que tout ce que j’ai connu alors je le garde ». J’ai conscience de piètrement résumer la chose mais c’est ce que je retiens. Si vous enleviez le sexe au couple, il ne restait rien…. et surtout pas de l’amour.

Du MF au MM ou quand l’attrait de la nouveauté perd sa saveur.

A dire vrai, je ne comprenais pas le désir de lire une romance (contenant des scènes de sexe) si cela ne correspondait pas à votre orientation sexuelle. Je me suis lancée dans le MM suite aux conseils d’une amie (qui renie cette période aujourd’hui en disant qu’elle en a lu mais que ce n’est pas son truc). J’ai découvert deux types de romans : ceux avec la volonté de faire passer un message de tolérance ou quelque chose du genre et ceux avec la volonté pure de placer le lecteur dans une extrême excitation. Si je choisissais de me tenir à l’écart de la seconde catégorie, j’ai rapidement été charmée par la première. Et non, cela n’a rien à voir avec le fait que ce soit deux hommes, potentiellement parfaits ! C’était autre chose. J’éprouvais de l’admiration. Je me disais que rien ne saurait se montrer plus honnête que deux personnes qui s’aiment et l’admettent en milieu hostile. Avec le MF, ça n’existait pas ou ça n’existait plus.
Je dois aussi vous avouer qu’à force de lire du MM, j’en arrive aux mêmes déceptions qu’en lisant du MF. Mon esprit est plus critique d’une certaine façon même si j’essaie de le mettre en veille lorsque je lis pour savourer plutôt que de dénicher ce qui ne va pas.

Ce qui me pousse à penser que trop d’érotisme peut nuire à la romance.

Je n’ai rien contre l’érotisme. Je suis ravie d’en trouver parfois dans ce que je lis. Malheureusement, lorsque le sexe prend le pas sur ce qui fait qu’une histoire est « parfaite », ça m’énerve. Des héros qui ne font que s’envoyer en l’air du début à la fin du roman, quels genres de messages nous transmettent-ils ? Le sexe, c’est la vie ? Parce que je ne connais pas beaucoup de gens qui peuvent prétendre avoir un orgasme partagé au quotidien alors dix par jour ? Les trois quarts des êtres humains sont occupés avec leur travail, leurs enfants et d’autres choses qui en théorie, n’intègre pas de sexe. Combien de temps reste-t-il à l’amour physique ? Si peu.
J’entends encore mon beau-frère me demander pourquoi je lis des livres dans lesquels on me vend du mensonge. Aujourd’hui, je répondrai que je veux juste rêver deux minutes, ailleurs, pas ici. Et ça ne passe pas par l’érotisme acharné mais plutôt par des personnalités, des interactions, de la psychologie et de l’aventure.
N’oubliez pas qu’il y a des jeunes filles (et des jeunes garçons) qui lisent aussi ces romances sexualisées. Et après, vous irez demander à vos enfants d’attendre d’avoir dix-huit ans avant de céder à l’appel de la chair… Laissez-moi rire !

Quand sexe devient synonyme d’amour.

Je vais probablement me contredire et m’emmêler les pinceaux mais on touche au but de ce qui me dérange. Même si j’ai personnellement du mal à détacher le sexe de l’amour, il me paraît primordial de donner une substance plus psychologique à l’amour plutôt que de continuer à faire croire qu’un mec/une nana qui vous aura fait atteindre le septième ciel sera assurément un bon compagnon de vie. Parce que c’est ça qu’on trouve dans les romances aujourd’hui… du bon sexe qui garantit l’amour.
Et si l’amour garantissait du bon sexe ? et si la communication libérait les corps et les cœurs ? Mais attention, je vous parle de livres et de romances, pas de votre vie non plus. Chacun fait ce qu’il veut ! Peut-être que vous pensez que j’apporte un jugement inapproprié. Sachez que je me fiche complètement de la vie sexuelle de ma famille, mes amis ou mes voisins. Vous pouvez même être du genre à vous envoyer tout ce qui bouge, je m’en balance, tant qu’il y a du respect : le respect de vous-même et le respect des autres.
Le sexe, ce n’est pas de l’amour, pas celui avec un grand A. L’amour, ce n’est pas du sexe. Parce que sinon, ça veut dire que si une personne du couple ne peut pas ou ne peut plus faire l’amour, elle ne peut plus être aimée. (C’est un raccourci mais j’espère que vous comprenez ce que je veux dire). C’est ce qu’on nous vend dans la romance aujourd’hui. Ce n’est pas le cas de toutes. Quel soulagement !
Alors, non, je ne suis pas vraiment prête non plus à lire une romance où nous aurions un couple libre en tête d’affiche. Parce que j’ai du mal à intégrer la notion de partage. Même si je ne considère pas le sexe comme étant de l’amour, il me paraît intéressant de préciser que cela relève d’une telle intimité que j’ai du mal à le concevoir autrement qu’avec la personne avec qui on partage sa vie, même si parfois elle change en cours de route !

La Romance qui sort des sentiers battus en nous offrant des trios.

Je pourrai vous dire que je n’ai vu ça que dans l’homoromance, ce qui me permet un certain détachement. Mais c’est faux !
J’ai lu quelques MMM dont le concept ne me branche pas plus que ça. J’ai lu des MMF en connaissance de cause mais j’ai eu du mal aussi.
Mais il y a eu le livre qu’une grande maison d’édition a publié dans sa section romance. C’était du MF normalement. La présentation semblait évoquer un triangle amoureux. J’ai été surprise (et pas dans le bon sens) lorsque l’histoire a viré au trio ou pas tout à fait ! Là, on parlerait de polyamour où la nana se tape deux mecs, parfois en même temps mais dont les hommes n’ont pas de sentiments entre eux. Ils n’aiment que la fille. J’ai un peu de mal avec les termes alors n’hésitez pas à disons me remettre à ma place si je déborde (gentiment siouplait). Je déplore simplement que ça ne soit pas précisé sur la couverture ou dans le roman qu’on y trouve des scènes pouvant heurter la sensibilité comme on peut le voir fréquemment dans certains MM ou MMM ou MMF vendus par des auto-édités ou des « petites » maisons d’édition.

La mise en avant de l’amour sous toutes ses formes.

Je suis la première à encourager la banalisation de l’amour autrement que par la norme hétéro qu’on nous sert. Sincèrement, je ne comprends pas que cela cause autant de tracas dans nos sociétés. Je ne peux que soutenir cette littérature qui pousse à l’ouverture d’esprit, y compris pour ce qui me dépasse. Les trios, mais pas seulement.
Je déplore juste qu’on ramène tout au sexe plutôt qu’aux sentiments. Il ne s’agit pas de savoir si l’amour peut durer toujours ou non. Le sexe ne devrait être qu’un bonus dans une romance. Il devrait servir l’histoire et non en être la raison.

S’adapter à la demande du public.

Je me suis aperçue qu’il y a un vrai public pour les histoires de c*l. Vous avez des lecteurs qui lisaient des romances avant l’explosion du sexe. Aujourd’hui, vous avez en plus les lecteurs qui ne viennent que pour le sexe. Plus c’est cru, meilleur c’est. Je suis limite à vous dire qu’il serait plus simple et moins coûteux d’aller regarder un film X en ligne dans la catégorie de votre choix… mais paraît que c’est très digne de déclarer qu’on a cramé un stock de culottes en lisant un roman. Je connais quelqu’un qui ne jure plus que par les romances osées depuis qu’elle en lit. Tout ça c’est bien beau mais pourquoi les lecteurs en question ne vont pas directement chercher les bouquins au rayon érotisme ? J’ai actuellement dans mes étagères deux romans dit érotiques : ils sont crades, violent, pervers… il n’y a rien de beau, quoi. Est-ce que les lecteurs cherchent du plus propre et le trouvent dans les romances ? Peut-être.

Pour conclure, j’aimerai avoir votre avis si vous aimez la romance. Préférez-vous beaucoup d’érotisme dans votre lecture ? Juste un peu, ou pas du tout ?

N’hésitez pas à réagir, le débat est ouvert. Je ne cherche pas la bagarre.

Belle journée à vous et à bientôt.

Publicités

31 commentaires sur “La Romance, l’Érotisme… et moi !

  1. J’ai beaucoup apprécié ton article (même si je ne suis pas fan de romance !) j’ai trouvé justement parmi la construction de ton point de vue des similitudes à ce que je pense. Avant de continuer sur ce sujet, comme c’est la première fois que je le fais, je voulais savoir si je pouvais reblog ton article ? 👀

    Aimé par 2 personnes

      1. Après, ça ne regarde que moi, ce ressenti. Je n’encourage personne à me rejoindre. Ce sont mes propres attentes. Et oui, il n’y a plus de subtilité de rien. Le sexe pour le sexe. 🙂 Il reste encore des romances qui ne sont écrites pas entièrement pour l’érotisme à l’intérieur.

        J'aime

  2. Bien, je reviens au galop mdr. Alors déjà, tu as mis de très belles images dans ton articles et ça va bien aux différentes parties que tu abordes ! J’aime vraiment. Ta définition de la romance est celle à laquelle je pense aussi. Typiquement, les Disney par exemple (dont je suis toujours fan mdr), le happy end est un élément essentiel des romances. Je n’ai pas commencé à en lire aussi tôt que toi, mais disons que j’étais au lycée quand une maie (la même qui me fourrait les percy dans mon sac mdrr), m’a fait découvrir ce genre, avec en même temps 50 nuances etc. Tu as évoqué un truc qui m’a fait tilté justement : la romance, je la distingue de l’érotisme, comme toi. Sexe n’est pas égale à romance et romance n’est pas égale à sexe. Et là, même si je n’ai lu aucun livre dessus, on peut placer les asexuels dans le lot. Ils n’ont aucun désir charnel, mais ils aiment. Et c’est dans cet angle que moi, je considère que le mot « aimer » n’est pas dénaturer. Ce qui rend les romances intéressantes, comme tu l’a dit : c’est les attachements des personnages, la manière dont ils évoluent ensemble, la force de leur amour (je suis en train de rire car quand je l’ai dit dans ma tête, ça m’a fait penser aux Winx). Et le « problème » c’est la dose sexe/romance que mette les auteurs. Certains mettent tant de sexe qu’à mes yeux, ce n’est plus de la romance, c’est de l’érotisme. Et comme tu l’a dit, dans la romance, il faut de la communication pour régler les différends, or, dans l’érotisme, tout se règle sous la couette, ce qui me fait m’énerver à chaque fois. C’est pourquoi en réalité, la bit-lit qui contient aussi une surdose de sexe, l’érotisme comme crossfire et fifty shades, j’en suis loin. La romance, j’essaie toujours, parce que, il faut le dire, quand elle est bien traitée, que ce soit en MM ou MF, ça fait plaisir à lire, elle est belle, elle transporte (je fais un autre message avant de réécrire l’encyclopédie sous ton article xD) 1/2

    Aimé par 2 personnes

    1. Pour les images, c’est Pixabay. 😉
      Oh les Disney, j’aime bien la référence. Ravie si je t’ai fait rire. Les Winx vraiment ? 😂
      Et bien oui. Je ne perds pas espoir de trouver la romance qui même érotique saura me ravir pour tout le reste aussi.

      Aimé par 1 personne

  3. 2/2
    Ensuite, comme tu l’a dit, certains ne jurent que par l’érotisme, plus il y a du sexe, mieux c’est pour eux. Je n’ai pas ces lecteurs dans mon entourage mais j’en vois sur les réseaux et tant mieux pour eux si c’est leur kiffe. Moi, ça m’assomme. Et ça peut vraiment me faire cesser net une histoire. Prenons le cas de Nox Arcana chez MxM Bookmark. C’est le FOND de l’histoire qui m’intéressait. Oui, le démon est de type luxure (si je ne me trompe pas), après avoir lu 2 passages entiers de sexe, tout le reste, je le sautais. J’ai mis du temps à finir le livre mais je voulais le finir ! Et justement, quand j’ai lu la fin, ça m’a donné envie de connaitre la suite. A contrario de Tentations chez J’ai lu (un MM aussi) où là, en plus du sexe à foison, j’ai trouvé cette histoire victime de vide scénaristique. ça n’engage que moi et mes goûts, mais vraiment, ce remplissage de page avec du sexe m’échappe. On en retire une dizaine dans ces deux livres et tout de suite, c’est moins épais. C’est cette sensation de matraque qui m’a fait mettre l’érotisme de côté pour de bon. Alors si je lis la romance, je me passe très bien du sexe. S’il y en a 2 scènes, je ne vais pas être grognon, je pourrai même apprécier s’il n’y a pas de mots crus/vulgarité à tout va car ça me fait plus rire qu’autre chose ce genre de scènes décrites comme ça. Si l’auteur décrit la scène mais de manière plus implicite, distillée, je peux aussi très bien l’apprécier. Tout ce qui m’énerve, c’est le remplissage de pages. Quand ça prend le pas sur l’histoire.

    Et le dernier point que tu as soulever c’est l’usine à fric qu’on ressent en voyant des romances/histoires érotiques très similaires, pour contenter le public. Parce qu’au final, si personne n’aimait ça, ça fait longtemps que les éditeurs arrêteraient d’en publier. Pareil pour les couvertures torses…

    Pour conclure, j’ai beaucoup souri à la lecture de ton article, quand tu t’es demandée pourquoi n’allaient-ils pas tout simplement regarder du X. Mais je suppose qu’ils y trouvent un attrait différent. Et ton article est très bien comme ça. C’était très clair 🙂

    Aimé par 2 personnes

    1. D’ailleurs je voulais ajouter au niveau Bit-Lit en théorie, même si c’est érotique, tu as un fort potentiel d’histoire (pas forcément dans la romance) qui vient compenser.
      Idem, si certains kiffent ça, je ne vois pas le problème. Ce qui me dérange, c’est qu’on propose si peu de romance soft en parallèle. Je n’ai pas lu Nox Arcana mais je pense que j’ai voulu l’acheter. Pour Tentations, c’est bien la série de Ella Frank ? J’ai dans ma PAL. Paraît que c’est génial même si je sais déjà qu’il y aura plein de sexe dedans.
      Je te rejoins sur le vide et le remplissage de pages 😦
      Ça se vend bien… on ne peut pas leur reprocher de se faire de l’argent mais ça aussi, c’est dommage de ne pas oser autre chose en parallèle.

      Ben oui… le X est tellement accessible aujourd’hui que vraiment, je me demande bien pourquoi. 😂

      Merci ❤

      Aimé par 1 personne

  4. J’ai tendance personnellement à fuir la romance comme la peste ^^’ Exception faite des romances de Jane Austen et des soeurs Brontë, j’ai vraiment du mal parce que je trouve que les scénarios se ressemblent, avec l’inévitable triangle amoureux qui est très rarement bien fait, qui s’éternise, et que je trouvais d’autant plus insupportable qu’il venait s’incruster dans mes romans fantastiques et fantasy en pourrissant totalement l’histoire et l’action >< Avec bien sûr le pseudo-ton ado censé plaire à tous les prépubères… Le trauma a été complet en lisant une série pour laquelle je n'étais définitivement pas prête au collège, "Les enfants de la terre". Alors certes l'histoire est très complète… et les ébats aussi… trop complets ^^' (je me demande encore pourquoi elle était au CDI) Pour l'instant, la seule romance érotique contemporaine qui ait ma faveur, c'est la série de "Sans Âme" (enfin contemporaine, c'est un cadre steampunk, donc je suppose que ça aide :D)

    Aimé par 1 personne

    1. Je n’ai pas lu un seul livre des sœurs Brontë ni même Jane Austen. J’ai les Hauts de Hurlevent dans ma PAL mais je n’ai guère osé me lancer.
      Je déteste les triangles amoureux… je les évite. J’essaie de ne pas prendre des romances où on parle de ce triangle dans la présentation. Je ne fais des exceptions que pour certains auteurs.
      Les enfants de la terre, je ne connais pas mais j’irai voir sur google.
      Je ne connais pas non plus Sans âme mais le cadre Steampunk, ce n’est pas mon truc même si j’ai déjà pu lire des choses similaires. Merci pour ton com.

      Aimé par 1 personne

  5. J’ai vraiment apprécié ton article et la façon dont tu as amené toutes ces idées. Je ne me suis pas vraiment reconnue dans tes propos (désolée les Harlequin et Blackrose m’ont vite lassé 😅) mais je suis tout à fait d’accord avec ton point de vue sur l’érotisme.
    Je ne suis pas tellement romance… Peut-être à force d’avoir été déçue dans la vraie vie, je trouve qu’elles ne sont pas souvent très réalistes. Mais elles ont la capacité de faire rêver ce qui est très plaisant.!
    Après cette « montée de l’érotisme » est peut-être lié à la « montée du X » et du fait que les personnes sont plus attirés par le sexe, qui serait un désir à court terme, que par le vrai amour (avec un grand A comme tu dis) qui nécessite « plus d’entretien »… C’est dommage… Et c’est bête comme réflexion mais je pense que les gens lisent ce genre de bouquins pour pouvoir plus faire appel à leur imagination alors que le porno c’est « du tout cuit »… 🤔
    Ton article était fort intéressant à lire merci pour ce partage ! 😄😄

    Aimé par 2 personnes

    1. Cet article est aussi une invitation à partager son point de vue. J’encourage la diversité. Peut-être que tu as raison à propos du X… Je peux comprendre ce souhait. Je trouve simplement dommage qu’il y ait peu de choix entre le trop soft et le trop hard ou alors je ne fouille pas au bon endroit dans les thématiques qui ont ma préférence – à savoir le romantic suspense en premier lieu.
      Mais peut-être aussi que les gens ont été déçus dans leur vie sentimentale et préfère quelque chose de plus sexuel que de romantique. Quoi que les deux ne sont pas incompatibles non plus. J’ai longtemps aimé les romances qui en faisaient trop… aujourd’hui, je préfère quelque chose de plus réaliste – sauf en SFFF où je suis moins regardante surtout si l’histoire tient la route hors romance. Merci pour ton message. 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Oui c’est pour ça que je me suis permise de commenter :’)
        Effectivement la nuance est parfois très mal définie… Je l’ai remarqué avec ma grand-mère qui a eu la mauvaise surprise de tombé sur un truc SM alors qu’elle a plutôt l’habitude de lire du romantisme dans le style des sœurs Brontë… C’est parfois très choquant…
        Après peut-être que l’ambiance de la couverture indique le genre plus précisément (position subjective ou torse nu ? Je ne sais pas trop… :/)
        AH oui d’accord c’est une façon de voir les choses ; je note ces points de vu :O
        Mais de rien 🙂

        Aimé par 1 personne

      2. Pour la couverture, je ne suis pas certaine que ça fonctionne, certaines sont osées mais le contenu reste classique… enfin… tout ça, C’est surtout ce qui se vend bien depuis quelques temps. Peut-être que ça passera 😉
        Je peux comprendre ta grand-mère 😁. Les miennes ne lisent plus et surtout pas de la romance…

        Aimé par 1 personne

      3. Je crois que c’est la nièce de mon homme qui m’en a parlé en premier. Elle m’a dit « tu vas adorer » c’est sanglant… il y a des scènes dingues… bref elle m’a dit de regarder aussi la série. Je ne me suis pas lancée principalement parce que c’est long et que depuis deux-trois ans, j’en ai marre des sagas qui vont au-delà de la trilogie, surtout quand les tomes ne peuvent pas se lire indépendamment. Ça ne veut pas dire que je ne m’y aventurerai jamais seulement ce n’est pas prévu. Au pire, je sais que je peux lui emprunter les bouquins. 😉

        Aimé par 1 personne

  6. Sympathique article. Je trie mes romances maintenant. Je ne lis plus de harlequin sauf s’il est question de couples noirs ou mixtes car j’ai besoin de m’y retrouver un peu. Je suis très contente qu’il y ait des auteures africaines qui écrivent de la romance car on peut rêver et en même temps découvrir ce qui fait la société africaine.

    Aimé par 1 personne

    1. C’est vrai, le tout manque de mixité. C’est fortement dommage. Je crois aussi que ça devient important d’être plus regardant et plus critique sur ce qu’on lit même si les avis divergent. Le tout est de bien comprendre que c’est une fiction qui ne vise pas toujours à reproduire une réalité.
      Merci 😉

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s