Avis

Rodden Eiland de Bouffanges

Couverture et résumé :


Édouard Hythlodée, vétérinaire spécialiste en chirurgie, internationalement renommé, est néanmoins convaincu d’être l’homme le plus poissard du monde. Embarqué dans un vol Tokyo-Sydney, le destin semble lui donner raison : il se retrouve coincé dans les toilettes, tandis que l’avion traverse d’interminables zones de turbulences. Se heurtant la tête contre la cuvette, il finit par sombrer dans l’inconscience.
Lorsqu’il en émergera, Hythlodée se retrouvera seul, sur une île oubliée du Pacifique. À l’exception d’un fragment de queue, l’avion aura disparu, et avec lui l’intégralité des passagers.
Comment survivre sur une île déserte, quand on est le meilleur chirurgien vétérinaire au monde, qu’on a réussi sa vie, que l’humanité vous envie votre intelligence, mais qu’on a séché les cours de survie en milieu hostile, et qu’on a oublié son manuel des Castors Juniors ?
Mais, plus important encore : quel sens donner à sa vie, quand le monde semble résolu à vous oublier ?

Mon avis :

Premier point : je n’ai jamais lu d’histoire mettant en scène un homme seul sur une île même si je crois me souvenir avoir lu deux récits où il était question d’un couple et d’un groupe. Donc c’est sans comparaison aucune que je me lance dans cet avis.

Deuxième point : imaginez un peu la couverture de ce roman… imaginez que seules ces deux parcelles de terre au milieu de l’océan composent votre vie… flippant, non ?

Assurément, Bouffanges a signé là un roman très sympathique, entre sérieux et humour. Parce qu’il faut tout de même avoir un bon instinct de survie, une fine dose d’intelligence et un max de débrouillardise pour survivre sur une île déserte… et ne pas oublier qu’être capable d’autodérision, c’est s’éloigner un peu de la folie.

Édouard, notre héros, n’est pas tout à fait un personnage « attachant ». Il est même carrément inbuvable par moment. Il est prétentieux mais il a de quoi l’être certainement, donc cela fini par être un détail plus qu’un vrai problème. (Et je crois que je l’aime bien finalement.) C’est un homme plutôt malchanceux, qui attire toutes sortes de petits ou gros malheurs à lui. On ne s’étonne pas de le retrouver alors comme unique rescapé d’un crash. Alors chanceux ou pas, selon vous ? (J’ai toujours pensé que ceux qui sont victimes de poisse régulière, sont plutôt des chanceux, s’en sortant plutôt bien de certaines situations périlleuses ou mortelles.)

Nous suivons donc notre cher Édouard, vétérinaire renommé, dans sa survie en milieu hostile. Il s’avère qu’il a de la chance (ah bon ? ) parce qu’il ne semble pas y avoir de gros prédateurs. Il va faire preuve d’ingéniosité pour parvenir à dénicher de quoi s’hydrater, manger ou encore faire un feu. C’est le début d’une longue liste de péripéties toutes plus ou moins réalistes ( il me faut demander à Bouffanges si la technique utilisée pour faire un feu est réalisable… ), plus ou moins rocambolesques qui donnent plus envie de rire que de pleurer. On ne peut pas se fendre la poire face au dramatique de la situation, tout est dans le ton de la narration.

Je ne vais pas vous en dire plus sur l’histoire en elle-même. Il serait dommage que je vous prive du meilleur.

En revanche, je peux vous dire que j’ai beaucoup ri. J’avais peur de m’ennuyer, parce qu’un héros, seul comme ça, a tendance à s’installer dans une routine. Mais vous ne pouvez pas vous ennuyer dans les pensées d’Édouard (malgré quelques passages un peu longs qui peuvent se justifier par cette routine mais surtout la solitude). Ce gars est juste incroyable. Entre ironie et sarcasme, il parvient à vous tenir dans son récit. Et ce qu’il fait pour ne pas devenir dingue d’être seul est juste génialissime. Si au départ j’avais envie de le cogner un peu, à l’arrivée, j’admire ce protagoniste si peu enviable (quoi que ! ).

J’ai adoré Rodden Eiland. Je vous recommande chaudement de découvrir ce roman si vous pensez que le sujet peut vous intéresser.

Ma note : 4,9/5.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s