Avis

L’évasion de Benoît Toccacieli

Couverture et résumé :


Dès qu’Alice ouvre un livre, les personnages qu’il contient prennent vie dans la réalité.
Pour son dixième anniversaire, ses parents lui offrent son premier roman policier. Au même moment, un mystérieux tueur en série commence à sévir. Quand Alice découvre ça, c’est la panique ! Elle décide alors de partir à sa recherche pour le neutraliser.
Pourra-elle compter sur Pompon, son chat qui rêve de conquérir le monde ? Comment réagiront ses parents, deux adultes enfermés dans leur quotidien ?

Mon avis :

Découvert par le biais de son blog (ici), Benoît Toccacieli est quelqu’un qui a des choses à dire et à raconter.

Laissez-moi avant tout vous expliquer ce qui m’a dérangé dans la lecture de ce roman (112 pages d’après le site vendeur) qui en apparence court m’est apparu très long en le lisant : principalement à cause de ma lecture en pointillé. Le premier point à aborder est la narration. Particulière. Il y a un certain détachement pour le lecteur. Cependant, je ne pense pas que ce soit l’objectif de l’auteur. J’ai eu un mal fou à entrer dans l’univers d’Alice et de ses personnages. C’est fort dommage parce que cette histoire a un potentiel monstrueux.

De quoi ça parle ? Nous suivons, tour à tour, Sophie et Yann (les parents) et Alice. On a un vrai placement des protagonistes, de leur situation professionnelle et familiale. Peut-être même que ce fut les informations de trop (longuement évoquées).

Alice est une enfant à l’imagination débordante, incomprise par son entourage alors qu’elle tente d’expliquer que chacun des personnages des histoires qu’elle lit prend vie dans son quotidien. Elle a un charmant allié à poils (Pompon). Alors que son anniversaire approche, son père (en désespoir de cause) lui achète un roman (pas adapté pour elle, avec un méchant tueur en guise de héros). Sophie est une mère au foyer qui est en souffrance. Elle n’arrête pas de se remettre en question. Yann est un papa qui travaille trop, un mari fort peu présent aussi.

Nous sommes donc en présence d’une famille « classique », dans sa routine.

Au moment où Alice reçoit son cadeau, un tueur sévit dans sa ville. La petite fille sait que c’est l’homme dont parle le roman qu’elle a eu en cadeau. Démarre alors une aventure qui n’est pas sans danger.

Je reviens sur cette narration perturbante. Je ne sais pas exactement vous dire pourquoi. En revanche, je pense qu’il aurait été plus facile d’opter pour la troisième personne plutôt que la première. (Un détail ! )

Les idées sont bonnes, très bonnes. Le roman est riche en contenu surtout par sa diversité. Finalement, il n’est pas question que d’Alice ici. L’auteur aborde la vie de famille, les difficultés d’être un enfant qui ne rentre pas dans le moule, les relations de couple, etc… C’est à double tranchant parce que j’ai eu la sensation de me perdre parfois.

Pour ce qui est du rythme, j’ai, de loin, préféré le dernier tiers du roman, plus entraînant. Et là, j’ajoute un petit bémol : je n’aurai pas été contre un chapitre supplémentaire. Mais peut-être l’auteur prévoit-il une autre histoire avec ses personnages ?

Dans l’ensemble, c’est à découvrir pour se faire sa propre idée. Il est possible que je n’ai pas été aussi réceptive que d’autres. J’encourage la lecture de ce roman peu ordinaire.

Ma note : 3,5/5.

Publicités

3 commentaires sur “L’évasion de Benoît Toccacieli

  1. Salut !

    Comme j’ai une activité en ligne assez épisodique, je ne découvre qu’aujourd’hui que tu as écrit cette chronique (en réactivant la page amazon de l’ebook)… Honte à moi ! Parce que c’est vraiment super sympa de ta part d’avoir pris le temps de me lire et de partager ton avis, et parce que ça mérite au moins un merci et une réponse !

    Pour être tout à fait honnête, L’Evasion est avant tout un roman très personnel (il paraît que c’est souvent le cas d’un premier roman), que j’ai écrit pour me libérer de certaines réflexions. Je voulais écrire l’histoire essentiellement du point de vue d’Alice, mais les deux parents m’ont, d’une certaine manière, forcé à parler de moi à travers eux. J’ai commencé à l’écrire en visant du « tout public », mais au final c’est plutôt destiné à des jeunes parents, à des adultes en quête de sens dans leurs vies. Je comprends donc ton ressenti, sur les longueurs, sur la narration, le fait de s’y perdre dans la diversité du contenu.
    Maintenant que j’ai commencé l’écriture d’un deuxième roman (qui n’est pas la suite de l’Evasion, même si j’aurais plein d’idées pour ça !), je fais beaucoup plus attention à ça, et j’essaie de moins écrire pour moi-même, de penser un peu plus aux lecteurs. Ton commentaire me fait du bien : ça conforte le ressenti que j’avais après avoir terminé L’Evasion, et ça confirme mes choix pour les prochains textes !

    Bref, merci pour ta lecture et pour ce partage !

    Benoit

    Aimé par 1 personne

    1. Il n’y a aucun retard ni quoi que ce soit. Je suis une lectrice curieuse, donc j’ai foncé tête baissée dans la lecture de ton roman. J’aime bien ton blog aussi, ça aide.
      Donc j’ai tenté de faire un retour le plus objectif possible. Parce que je le pense, c’est une histoire qui a un fort potentiel. Toutefois, c’est un premier roman (c’est souvent du ça passe ou ça casse) et je peux t’assurer que malgré mon retour assez moyen, je serai là pour lire le suivant même si cela n’a rien à voir. Merci à toi d’avoir pris le temps de me lire aussi. Bonne continuation.

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s