Avis·Divers

Pourquoi j’abandonne ma lecture de Quand souffle le vent du Nord de Daniel Glattauer…

Bonjour,

Si j’aime la romance, si je ne l’aime pas particulièrement pimentée, si je me fiche un peu que le langage soit familier ou soutenu, j’ai une exigence : je veux juste partir en voyage dans ma bulle imaginaire.

Laissez-moi vous dire que je suis déçue.

Je vous présente tout de même l’objet.

En voulant résilier un abonnement, Emma Rothner se trompe d adresse et envoie un mail à un inconnu, un certain Leo Leike. Ce dernier, poliment, lui signale son erreur ; Emma s excuse, et, peu à peu, un dialogue s engage entre eux, par mail uniquement. Au fil du temps, leur relation se tisse, s étoffe, et ces deux inconnus vont se mettre à éprouver l un pour l autre une certaine fascination. Alors même qu ils décident de ne rien révéler de leurs vies respectives, ils cherchent à deviner les secrets de l autre… De plus en plus attirés et dépendants, Emmi et Leo repoussent néanmoins le moment fatidique de la rencontre. Emmi est mariée, et Leo se remet à grand peine d un chagrin d amour. Un jour, pourtant enfin ! , ils décident de se donner rendez-vous dans un café bondé de la ville. Mais ils s imposent une règle : reconnaître l autre qu ils n ont pourtant jamais vu, avec interdiction formelle de lui parler…

Voilà le topo. J’ai pu lire de joyeuses critiques dessus, j’ai pu voir le livre en recommandation sur certains sites. Je l’avais dans mes étagères depuis plusieurs mois. Il rentrait dans mon challenge BdP. Il avait tout pour me plaire.

Seulement voilà, c’est d’un ennui ! J’ai même pu voir un commentaire négatif où la personne osait le comparatif avec Les Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos. La seule comparaison possible étant le côté épistolaire. Cela s’arrête là. Peu importe qu’on ait aimé ou non Les Liaisons dangereuses, il y avait plus de protagonistes en scène et surtout du machiavélisme et de l’action.

Ici, c’est plat. Je me demande si l’action peut même intervenir dans cette platitude. J’ai peur que cela ne soit pas le cas. J’ai donc stoppé ma lecture à la page 52. En étant honnête, s’il n’y avait eu qu’une cinquantaine de pages supplémentaires pour en arriver au bout, j’aurai tenu. Mais c’est un roman qui fait 348 pages. Pas le bout du monde, néanmoins quand vous avez une PAL (numérique inclus) de plus de trois cents livres, cela ne donne guère envie de s’accrocher.

Parlons de la narration : pompeuse ! Je les pardonne. Ils ne se connaissent pas. Ils mettent les formes. En feuilletant, tout le roman semble être fait du même moule. Alors, je ne peux pas. Sous couvert d’un langage soutenu, d’une apparente richesse, ce roman ne me paraît guère enrichir l’esprit du lecteur.

Quant au scénario, cela me paraît peu crédible qu’un tel début d’histoire puisse mener à quelque chose de plus romantique : j’ai du mal à comprendre qu’ils puissent avoir envie de se connaître.

Donc si quelqu’un a un argument à m’opposer en faveur de ce roman, qu’il me le dise ! Je suis toujours à temps de changer d’avis. Mais dans l’immédiat, je préfère passer à autre chose !

Bonne journée !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s