Avis

Biodégradable de Balthazar Tropp

Couverture et résumé :


Joanni, un jeune homme poursuivi par la police, est sauvé par Léa, une jeune femme mystérieuse. Dans la communauté où elle vit, il découvrira l’amour, la littérature, et l’engagement politique. Mais que cachent cette bande de hippies? Pourquoi ont-ils tant besoin d’argent? Quel est ce plan qu’ils ne cessent de lui cacher?

Mon avis :

Le récit se construit autour de trois groupes principaux :

  • Toulouse, qui a des idées très arrêtées et des projets sombres. Avec lui, Léa, Norah, Luc… Une petite bande qui n’a l’air de rien comme ça mais qui envoie du lourd.
  • Bourdieu et Mariani, le duo de flics
  • Salim et Omar, tous deux à la tête d’un beau trafic de drogue.

Et au milieu, nous avons Joanni, jeune homme égaré dans la tourmente (si je peux l’exprimer ainsi).

Joanni attire l’attention de Bourdieu : une course poursuite a lieu. Elle est stoppée par la jeune Léa, qui sauve de justesse Joanni. C’est ainsi que Joanni va contribuer à aider ce groupe marginal dont Toulouse est le chef, grâce à ses capacités : quant il s’agit de produire de la bonne drogue, Joanni n’est pas en reste.

Les débuts ont été laborieux avec un goût de trop, un goût de peu. À vouloir entretenir le mystère, j’ai eu l’impression de beaucoup tourner en rond. Ce sentiment m’a poursuivi longtemps. Il n’y a que le dernier tiers du roman qui m’a semblé fluide.

Il faut aussi admettre qu’il y a de l’idée. La fin est excellente, pas imprévisible cependant. Ce livre aurait tous les ingrédients pour être génialissime mais ma lecture en pointillé joue sur cette appréciation. Pourtant, nous avons une intrigue intéressante qui tourne autour de la drogue, avec les points de vue du « fabriquant », de l’acheteur et des flics, le tout saupoudré d’un peu d’amour, sans parler des projets cachés de Toulouse. C’est surtout la façon de traiter l’histoire qui est maladroite selon moi.

Si vous pensez dépasser ces petits détails (ou gros… ), je ne peux que vous recommander ce roman.

Je rappelle que Balthazar Tropp est apparu dans le magazine de L’Indé Panda (gratuit en numérique) : n’hésitez pas à le découvrir dans le numéro 1 et dans le numéro 5.

Ma note : 3/5.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s