Avis

Une route longue et sinueuse de T.J. Klune

Attention : Ne pas lire sans avoir découvert les précédents tomes.

Couverture et résumé :


La famille n’est pas toujours déterminée par le sang. Elle est déterminée par ceux qui nous construisent – ce qui font de nous ce que nous sommes.

Et là, en cette fin, Bear et Otter sont mis à l’épreuve comme jamais.

Une petite fille qui n’a nulle part où aller frappe à leur porte.

Un téléphone sonne, apportant des nouvelles qu’ils n’attendaient pas.

Un frère revient chez lui après avoir appris comment voler de ses propres ailes.

Alors que tous ces instants convergent, leur vie à tous va changer à tout jamais.

Démarrant dans L’Ours, la Loutre et le Moustique, et continuant dans Ce que nous sommes et L’art de la respiration, TJ Klune a raconté une saga familiale et fraternelle, une histoire d’amour et de sacrifice. Dans cet épisode final, les événements du passé pavent la route longue et sinueuse vers un avenir que personne n’aurait pu imaginer.

Mon avis :

Je vais commencer par ce qui m’a légèrement ennuyée. Lire le point de vue de Bear sur ce qu’on a pu voir précédemment avec Ty était un peu trop. Pour ma défense, j’imagine que si je n’avais pas relu le troisième tome juste avant, cela n’aurait pas eu le même effet. Heureusement, cela ne dure pas.

Nous retrouvons Bear, là où nous l’avions laissé, sur le pas de sa porte face à une fillette inconnue pour lui. Durant le même temps, Otter est au téléphone avec la mère porteuse qui a quelque chose à leur annoncer.

Avant de continuer sur le présent, TJ nous replonge dans le passé et éclaire le lecteur sur la phase de toxicomanie de Ty. Avec une surprise de taille, que je ne vous dirai pas ici, sur la façon dont Bear a appris que son frère consommait trop de médicaments.

Ce tome est une magnifique fin pour cette grande et adorable famille, étrange mais fort sympathique. Nous les retrouvons tous. Tout est dans l’émotion. L’appréciation du lecteur sera dans sa capacité à les ressentir. Personnellement, j’ai vécu cette histoire en savourant chaque moment heureux et en doutant chaque fois que c’était possible. Vous savez que ça doit bien se finir, que c’est le protocole de ce type de roman mais vous ne savez pas la direction que l’histoire va prendre. Il n’est pas interdit que quelqu’un soit malade, qu’un autre puisse mourir. Vous souhaitez ardemment que rien d’affreux n’arrive pour eux.

S’ils avaient existé, alors je les aurai voulu dans ma vie. Je quitte cette série avec un pincement au cœur. Mais il y a tout le reste, l’importance du chemin, d’avancer et de découvrir de nouveaux mondes.

Si vous aimez les histoires de famille, ne passez pas à côté de celle-ci.

Ma note : 5/5. Le problème des romans trop bons, c’est que vous rêvez de savoir comment ils se finissent, sans jamais avoir à les refermer.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s