Avis

Après la fin de Alex Kidwell

Couverture et résumé :

Après la mort de son compagnon de dix ans, Aaron, emporté par un cancer, Quinn O’Malley se coupe de tout. En un instant tragique, il passe d’artiste avec un compagnon aimant et un avenir, à gérant en manque d’inspiration d’une boutique de BD, et existe à peine. Il se cache derrière une armure de chagrin et refuse d’aller de l’avant. Le simple fait d’imaginer la vie sans Aaron l’accable de culpabilité.

Quinn n’est pas prêt pour le charmant organisateur de soirée que sa meilleure amie veut absolument lui faire rencontrer. Brady Banner s’engouffre dans le petit monde glacé de Quinn et met tout sens dessus dessous. Durant des années, Quinn s’est focalisé sur les fins, mais alors que Brady commence à dégeler son existence, Quinn réalise qu’un instant peut faire plus que prendre une vie ‒ il peut aussi en créer une nouvelle.

Sorti le 28 juin 2017 aux éditions Sidh Press

Mon avis :

Quinn est perdu dans son deuil, il s’y complaît parfois. On imagine parfaitement les difficultés d’avancer alors qu’il a partagé dix ans de vie avec Aaron. Sa meilleure amie insiste pour lui présenter un homme. Il cède. Brady est lumineux, assez pour deux, et entraîne Quinn dans son monde. Quinn culpabilise. Il entend parfaitement ce qu’on lui dit afin d’avancer mais il n’est pas question pour lui de faire ça. Mais Brady s’accroche et ne disparaît pas au premier pépin.

Quinn est un héros fragile, c’est l’effet qu’il m’a fait durant les premières pages. Même s’il y a une narration à la première personne et un réel intérêt à mettre en lumière ce qui a lieu dans les pensée de Quinn, je n’ai pas su intégrer complètement ce récit.

Quinn est un artiste qui s’est oublié, qui va remettre un pied à l’étrier grâce au second souffle que la vie lui accorde. Brady est un organisateur de soirée, plutôt heureux de vivre. Il tire Quinn vers le haut.

J’ai trouvé cette histoire tellement facile et en même temps, assez triste ou plutôt, pas assez. Il m’a manqué quelque chose pour apprécier pleinement l’évolution de Quinn. Pourtant le deuil est un excellent sujet, variable selon les gens qui le vivent. Il est mis en avant du début à la fin du roman. Le pire étant que le rythme du roman est agréable, peu probable de s’ennuyer. Peut-être qu’un peu plus de profondeur aurait fait la différence. Je ne comprends pas ce qui n’a pas fonctionné.

Un joli roman qui apporte un peu d’espoir.

Ma note : 4/5

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s