Avis

Les Douceurs d’Adrien de Céline Theeuws

Couverture et résumé :

Louise, une romancière atteinte de troubles obsessionnels compulsifs qui vit recluse dans son appartement parisien va faire la rencontre d’Adrien, un pâtissier créatif qui puise son inspiration dans la rue et dans les livres. Fermement décidée à ne jamais ouvrir sa porte, elle va se heurter à la détermination du jeune homme qui va s’insinuer progressivement dans son quotidien monotone rempli de rituels.
C’est un roman.
Un roman qui traite d’une maladie peu connue.
Il est à la fois dur et très doux.
Dur, car la maladie est envahissante.
Doux, car enrobé de bienveillance et d’amour.
Le tout saupoudré d’un peu de sucre.
Parce que, quand la solitude est notre seule compagne, il est encore possible de croire à une main tendue.
Parce que, pour se sentir vivant, il est nécessaire de révéler ce qu’il y a de meilleur en nous.
La volonté est-elle suffisante pour s’en sortir ?
Peut-elle venir briser l’anxiété en mille morceaux ?
C’est probable.
Ce n’est pas une évidence…

Mon avis :

Nous suivons Madame Louise, écrivaine, confinée dans son appartement. Elle souffre de TOC mais pas seulement. Elle a fini par s’isoler totalement du monde extérieur. En dehors de quelques paroles échangées avec Rose, qui lui amène son courrier, lui descend ses poubelles, de quelques coups de fil à sa famille, des appels de François, elle n’a plus aucune vie sociale. Avec un récit à la première personne, Louise nous parle de son quotidien, terriblement plat et composé essentiellement de troubles maniaques.

Elle semble ne rien faire pour s’en sortir jusqu’à l’arrivée d’Adrien, un lecteur, assez acharné pour ne pas baisser les bras face à une Louise froide. Peu à peu, le jeune homme tente de l’apprivoiser, avec sa spécialité : des jolis et bons desserts. Ces petites douceurs vont toucher Louise bien plus qu’elle ne s’y attendait. Des rendez-vous quotidiens rythment leurs vies même s’ils n’ont pas lieu dans d’idéales conditions.

Je n’ai pas particulièrement accroché au style de l’auteure. Il m’a fallu un petit temps d’adaptation. Mais l’histoire est originale, intrigante par moment.

J’ai eu du mal avec Louise mais Adrien a su me faire apprécier le récit et son héroïne. Le thème est bien traité. La solitude dans laquelle vit Louise est une vraie spirale infernale dont il est difficile de sortir. Liée ou non à la maladie, ce n’est pas toujours un choix délibéré que de vivre seul et de ne plus voir personne. L’entourage ne sait pas bien gérer ce type de comportement, comme mentionné dans le roman : le désir de solitude est réel mais vient aussi la contradiction lorsque le solitaire aimerait peut-être qu’on vienne le tirer de force de sa bulle.

L’histoire de Louise est touchante. Le lecteur éprouve peu à peu l’envie qu’elle s’en sorte.

Un joli roman à découvrir.

Ma note : 4/5

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s