Divers

« Mon » Salon Livre Paris 2018

Ce n’était pas un voyage programmé. Notre souhait de ne pas prendre la voiture m’a obligé à ne me charger qu’au minimum.

Je n’avais donc avec moi que deux romans : Drek Carter -1- de Thomas Andrew et Agnès Price -1- de Sebastian Bernadotte.

Notre périple a démarré le samedi soir en gare de Toulouse-Matabiau où nous avons pris le train de nuit. Nous sommes donc arrivés, très tôt le dimanche en gare de Paris-Austerlitz.

Nous avons pris le métro en direction de la Porte de Versailles, où nous avons attendu patiemment que le salon ouvre.

A dix heures, peu de monde. J’ai admiré quelques stands mais je n’avais qu’une idée en tête : dénicher les stands de Juno Publishing et MxM Bookmark – Reines-Beaux.

Aurore Doignies était déjà en place. J’ai donc pris son dernier bébé : Sous tension, deuxième tome de Brigade des vols et homicides.

Que dire ? Aurore m’a paru très sympathique mais j’ai un peu paniqué. Je suis donc partie assez vite. J’aurai d’ailleurs voulu lui dire comme j’ai apprécié le cadeau qu’elle a fait à ses lecteurs en nous permettant gratuitement de lire Rockmyworld.fm fête Noël. J’ai amplement regretté de ne pas avoir pris ma version papier dispo à prix mini.

Peu après, nous avons pris la direction du stand de Milady-Bragelonne où Amélie C. Astier et Mary Matthews proposaient With You. Pas de chance pour moi, le dernier est parti juste avant que ce ne soit mon tour. J’ai donc choisi de racheter un exemplaire de Hors jeu.

Que dire ? Très sympathiques, des sourires éclatants mais pas le temps de traîner. Elles ont quand même signé mon carnet spécial dédicaces, donc je suis ravie de mon sort.

Nous avons ensuite repris la direction de Juno Publishing où Sebastian Bernadotte et Thomas Andrew avaient commencé à dédicacer.

Avec un peu plus de cran, j’aurai osé dire que j’attendais avec impatience la suite de Drek Carter et d’Agnès Price. Évidemment, j’aurai ajouté combien j’étais curieuse de connaître le roman à quatre mains dont ils ont parlé. Mais muette comme toujours quand je suis angoissée, je n’ai rien dit. Là aussi, j’aurai bien aimé avoir tous les romans de ces deux auteurs avec moi pour les faire dédicacer même si je pense qu’ils n’auraient peut-être pas voulu tout me signer. J’ai aussi réussi à obtenir une dédicace supplémentaire dans mon carnet.

Après, nous avons fait quelques tours mais il commençait à y avoir beaucoup de monde. Cependant, j’ai embarqué ma moitié pour un retour case Juno/MxM/Reines-Beaux… et je suis tombée en arrêt face à Marie Sexton. Il m’a fallu l’aide de… eh bien j’ai vraiment honte mais la dame (Je suppose qu’elle travaille chez MxM Bookmark, Reines-Beaux, Juno Publishing ou Dreamspinner Press ) qui a servi d’interprète a été d’une patience infinie avec moi, je la remercie beaucoup. Bref, Marie Sexton m’a montré les ouvrages qui étaient chez Reines-Beaux/MxM Bookmark puisque je ne trouvais pas mon bonheur chez Dreamspinner Press.

Elle m’a chaleureusement dédicacé Enfer et Damnations.

Mais ce n’était pas terminé, chez Dreamspinner Press, j’ai eu droit à la totale : d’autres auteurs étaient là. Damon Suede… Je crois que mon coeur a fait BOUM. Cet homme-là était incroyable. Un vrai rayon de soleil. Il m’a signé son roman La cage dorée. Ce fut le tour d’Anna Martin, dont j’ai pris le titre Jurassic Heart. Je suis vraiment très curieuse de le découvrir. Probablement ma prochaine lecture.

C’était beaucoup trop intense pour mon cœur de midinette !

Avant d’aller récupérer notre chambre d’hôtel, j’ai choisi de m’arrêter sur le stand des Éditions Cyplog où Belinda Bornsmith signait Rainbow.

Ce fut aussi l’heure de la séance de H.V. Gavriel dont j’ai acheté la nouvelle édition du Journal d’une robe noire (Milady). Je n’ai pas non plus fait de photo de H.V.

Un petit passage à notre chambre, histoire de se poser un peu avant de repartir puisque j’avais noté deux auteurs encore à voir absolument.

A 16 heures, Tamara Balliana se trouvait sur le stand de Amazon. Ses derniers romans sont parus chez Montlake Romance. J’ai pu faire sa connaissance « en vrai ». J’ai beaucoup aimé ces quelques minutes, courtes, mais elle avait du monde. Une auteure pour laquelle j’ai beaucoup apprécié d’être bêta-lectrice. J’ai récupéré un joli marque-page dédicacé.

A 17 heures, c’était la très attendue Lily Haime qui avait son moment dédicace sur le stand de Milady. J’ai fait dédicacer Clair Obscur.

J’ai surtout eu un énorme arrêt sur image alors que je remarquais Rohan Lockhart… qui se tenait tout près de Lily ! Je n’avais pas pris le temps quand c’était le moment mais je ne pouvais pas passer à côté. J’ai bien soufflé trois fois avant de lui demander gentiment si je pouvais avoir un petit mot dans mon carnet !

Et je l’ai eu ! J’ai fait des danses de la joie dans ma tête après cette journée de folie.

Mes plus gros regrets auront été de ne pas aller voir Nicolas Robin, d’être passée à côté de nombreux auteurs Reines-Beaux, Juno Publishing ou MxM Bookmark. Je n’ai pas osé m’approcher quand il y avait du monde. Et je n’oublie pas non plus que j’aurai vraiment aimé croiser Mathias P. Sagan et Georgia Caldera.

C’était un moment fort et dingue ce salon même si je n’aime pas ce concept de signatures à la chaîne. En tant que lectrice réservée, j’avoue que j’ai trouvé ça facile de filer telle une voleuse mais j’ai un pincement au cœur de ne pas avoir eu le temps et le cran de discuter « roman ».

Voici le petit carnet où j’ai pu recueillir des signatures en plus.

Mes achats au salon :

Des petits bonus :

Avez-vous été à Livre Paris cette année ? Rêvez-vous d’y aller ?

Publicités

4 commentaires sur “« Mon » Salon Livre Paris 2018

  1. Vu que je ne peux jamais assister à des salons (trajet de plus de 4h et tarif excessif de la SNCF obligent), merci pour cet aperçu ! 😀 La seule convention où j’ai pu mettre le pied, dans toute ma vie, c’était le 18e impact de la Japan expo mdr (et là ! j’ai pu voir les auteurs de MxM Bookmark, notamment Faith kean, mais de loiin, j’ai pas osé m’approcher)

    Aimé par 1 personne

    1. Sincèrement, c’est un exercice difficile (pour les auteurs aussi j’imagine) mais dans de trop gros salons… c’est complètement hallucinant, surtout si tu es un peu timide. Je crois vraiment que c’est à faire, une fois, pour se donner une idée. Par contre, je sais que Livre Paris… ce sera non. Après je rêve de pouvoir aller à la Japan ou la Y/con (j’espère que je ne me plante pas sur les noms…) mais Paris, ça fait un peu loin… déjà le budget voyage et pour dix bouquins tu peux rajouter 200€…. et le logement sur place. Bref… beaucoup d’argent pour peu de satisfaction. Ça ne reste que mon point de vue

      Aimé par 1 personne

      1. C’est difficile ? Comment ça ? La chaleur et le bruit avec les fans ?

        Ah oui, c’est sûr…Moi j’ai la chance d’avoir des amis sur paris, donc je ne paye jamais l’hébergement (Dieu merci), mais juste l’aller en TGV minimum 50 euros à cette période, ça me blesse mdrr. J’espère aussi pouvoir aller à la Y/con aussi un jour. Un jour surement très lointain car je partage ton point de vue.

        Aimé par 1 personne

      2. Tout ça à la fois. À Livre Paris, tu ne voyais plus un cm de moquette au sol tellement il y avait du monde (vers midi) parce qu’à dix heures, ça allait encore. Donc c’est bousculade… Et pourtant, je peux te dire que je ne suis pas invisible mais clairement, la plupart des gens s’en fiche de te cogner en passant. La foule durant les dédicaces. J’ai voulu et failli aller voir Nicolas Robin qui était sur le stand du Livre de Poche l’après-midi… Mais c’est le genre de stand qu’il est difficile d’approcher. Donc ça dégoûte un peu… Et comme je l’ai (Je crois) mentionné dans mon article, sur le stand Milady, les autrices étaient sympa, souriantes mais expéditives… Il y avait du monde. Au contraire du stand de MxM Bookmark/Reines-Beaux où c’était à peu près praticable à certaines heures, parce qu’à d’autres c’était la folie. Après, je n’aurai peut-être pas trouvé quelque chose d’intelligent à dire aux auteurs vus mais l’occasion n’était pas propice à cela.
        H.V. Gavriel a participé à un petit salon sur Auriol (En mai je crois ? ) ils n’étaient pas nombreux, le public ciblé, elle a dit que ce n’était pas comparable et que tu pouvais avoir de vrais échanges, aussi « vendre » ton livre aux curieux, etc… Et elle a totalement raison, ce n’est pas la même ambiance. Voilà. Bon… Je reconnais être vraiment coincée, intimidée par pas grand chose et plus je vieillis moins ça s’arrange.

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s