Avis

Respire de Sloan Parker

Couverture et résumé :

Lincoln McCaw a tout perdu: sa maison, son travail, son partenaire, après avoir causé un accident mortel. Un an plus tard, il noie sa culpabilité et son désespoir dans le whisky. Il a besoin d’avancer, sa sœur et ses enfants comptent sur lui.

Sa rencontre avec un homme qui réanime une passion que Lincoln pensait ne jamais retrouver est un électrochoc. Dommage qu’une nuit soit tout ce qu’ils puissent espérer ensemble. Maintenant il doit réussir à se détourner de la seule personne qui le fasse se sentir en vie… avant que celui qui lui expédie des menaces de mort ne se décide à passer à l’étape supérieur.

Jay Miller étouffe sous une chappe de douleur et de misère jusqu’à ce qu’il décide de céder à ces fantasmes refoulés et passer la nuit avec un autre homme. En réalisant qu’il a fini dans les bras de l’homme qui a causé l’accident de sa femme, il tente de fuir. Mais comment renoncer à cette amitié dont il a besoin, une amitié et un amour qui pourraient le sauver ?

Mais Jay n’aura peut-être pas le temps de faire son choix si quelqu’un décide de tout détruire avant.

Mon avis :

Premier commentaire : wouah !

Deuxième commentaire : B***** de m****
Bon d’accord, vu comme ça, c’est un peu fort sachant que ce n’est pas le premier livre que je lis mettant en avant la lourde charge du pardon dans un cas aussi complexe. Mais n’empêche, je me demande toujours si c’est quelque chose de concevable. En lisant ce roman, je me dis que c’est tout à fait possible.

Le récit débute avec la sortie de prison de Lincoln, qui vient de purger une peine pour homicide involontaire. Se sentant responsable de sa sœur et de ses neveux, il n’hésite pas à propos de l’endroit où vivre. Lincoln ressent une profonde culpabilité à propos de l’accident. Il aurait tout donné pour pouvoir revenir en arrière mais rien ne peut ramener un mort.

De son côté, Jay essaie de faire le deuil de sa femme. Cela fait un an qu’elle est décédée, même s’il souffre, même s’il est en colère, il reste le seul membre de sa famille à vouloir avancer sereinement. Ce n’est pas l’envie qui lui manque de s’en prendre au responsable de l’accident mais il est sur la réserve. Sa belle-famille et sa propre famille ont une façon d’affronter la mort de Katie qui ne convient pas à Jay.

Au bar, un homme semblant triste, faisant écho aux propres sentiments de Jay, lui tape dans l’œil. Jay se demande s’il n’est pas temps pour lui de prendre une décision à propos des hommes, et de tester avec cet inconnu. Aucun des deux hommes ne se doute de l’identité de l’autre. Lorsque Jay comprend, il est trop tard pour revenir en arrière.

En parallèle de cette relation difficile, Lincoln reçoit d’étranges lettres menaçantes. Il pense qu’elles viennent du veuf. S’engage alors une enquête pour trouver qui se cache derrière les courriers quand Lincoln est certain que Jay n’est pas le coupable.

Après ma première explosion de joie, je vais quand même pointer plusieurs choses qui ne me paraissent pas crédibles.

  • Il paraît surprenant que Jay ne connaisse pas le visage de l’homme qui a tué sa femme. Surtout quand on sait que son entourage regarde les infos à propos du procès et qu’on y aperçoit Lincoln.
  • Il me semble aussi qu’un drame pareil ne passe pas inaperçu… quand le mari de la victime et le coupable se trouvent dans le même bar et y discutent dans ce qui semble être une petite ville, je trouve étonnant que personne ne réagisse à ce propos.

Peu importe, ces éléments servent à l’histoire.

J’ai été surprise par la tournure du grand mystère des lettres. Je ne m’attendais pas à ce que cela prenne une telle ampleur. Cependant, c’était parfait pour donner un peu d’action au récit.

La relation de Jay et Lincoln est vraiment loin d’être évidente. Ils ont tous les deux d’excellentes raisons de ne pas se lier. Le désir est plus fort. Il s’agit bien de cela au départ. Pourtant, ce texte m’a fait l’effet d’une bombe alors que les deux hommes tentent de concilier la mort de Katie et l’attirance qu’ils éprouvent. Courageux, autant l’un que l’autre, même dans la fuite. Lincoln et Jay usent tous les deux de l’introspection. J’ai apprécié l’intrusion du lecteur dans ces moments spécifiques, ajoutant une dimension plus réaliste quant à cette relation peu conventionnelle.

C’est une histoire de pardon, d’être capable de se pardonner à soi-même. Et c’était très bien écrit. Un roman à lire sans modération.

Ma note : 4,5/5

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s