Avis

The book of Ivy de Amy Engel

Couverture et résumé :

51hTeMkfRkL._SY400_.jpg

Née pour trahir et faite pour tuer… sera-t-elle à la hauteur ?

Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule mission : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Je me prépare pour ce moment depuis toujours. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes, car les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…

Mon avis :

J’ai longtemps hésité avant d’acheter le premier tome. Je ne suis pas très fan des dystopies. Je reconnais avoir vu une partie des Hunger Games et Divergent mais cela ne m’a pas vraiment intéressé pour ne citer que ces deux-là. De plus, j’ai en horreur la surexploitation. Je pense qu’il faut savoir s’arrêter.

Donc je n’ai pas de référence pour dire s’il y a des similitudes ou non et c’est tant mieux pour l’avis qui va suivre.

Ivy vient de fêter ses seize ans et dans sa société, c’est l’âge du mariage. La population éprouvée par les guerres, les famines et les maladies peine à augmenter. La procréation est donc encouragée au plus tôt afin d’assurer la survie de l’espèce. Ivy, petite fille du Fondateur, sait à qui elle est destinée même si elle ne l’a jamais rencontré. Bishop est le fils du Président et petit-fils du Président opposé au Fondateur. Les mariages arrangés ont lieu en mai et en novembre. Personne n’a le choix. Ivy pense que son mari est comme son père a pu décrire la famille présidentielle : du mauvais côté. Au fil des pages, si Ivy se montre de plus en plus perplexe et indécise, Bishop, lui n’hésite pas à donner son opinion même si elle diffère des idées paternelles. Ivy a de plus en plus de doutes concernant le bien fondé de sa mission.

Ce premier tome est dynamique et entraînant. Très descriptif concernant le décor. Les émotions d’Ivy sont bien décrites aussi. C’est elle qui raconte donc nous n’avons que sa vision. La fin de ce tome est assez prévisible.

Il n’y a pas beaucoup de politique. Je pense qu’on est au même niveau que l’héroïne, où l’âge implique (en général) une vision fermée du monde et de la société. D’ailleurs, dans le cas d’Ivy, elle n’a que ce que son père et sa sœur ont bien voulu lui apprendre. Donc ce problème de société n’est abordé qu’en surface par une héroïne qui n’a aucune solution au problème. Tout est centré sur sa mission : tuer Bishop.

Je ne sais pas ce que réserve le prochain tome. Je n’en ai même pas lu la présentation mais je suis assez intriguée pour avoir envie de le découvrir.

Mon plus gros problème pour l’instant c’est Bishop. Il est tellement adorable que cela paraît surréaliste !

J’ai beaucoup aimé le personnage de Victoria.

Ma note : 4/5

Publicités

Un commentaire sur “The book of Ivy de Amy Engel

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s