Avis

Les Tribulations d’un enfant du rail, Michel Masméjean

Couverture et résumé :

41mbiuDFdsL._SY291_BO1,204,203,200_QL40_


Autobiographie

Je me devais de faire une suite à « La toupie ou l’histoire de Martin Maurel » car Martin n’en n’avait pas fini avec ses déboires amoureux et les rapports conflictuels envers sa hiérarchie. Cette année 1968 allait lui procurer bien des sensations.Une nouvelle ville, un emploi différent, de nouveaux amis et une époque remarquable qui bouleversa en profondeur la société française.Non, ce n’est pas un livre de plus sur 1968 et sa pseudo-révolution mais simplement une tranche de vie, retracée au travers d’un kaléidoscope, de cette fabuleuse période que certains qualifient d’année référence.

Extrait du livre :

« La soirée s’acheva au Cyrano. Le patron se montra compréhensif et nous laissa tranquilles avec nos deux tasses de café pour quatre. Dans un coin, un groupe de hippies grattait leur guitare et leur mauvaise humeur. Au fond de la salle un couple se serrait de près tandis que proche de nous des contestataires de tendance anarchiste commentaient l’information du jour et brandissaient la menace d’une grève générale.Je sentais bien qu’il se passait quelque chose mais dans ma tête c’était confus. J’étais une bête mal dégrossie. Je n’arrivais pas à faire la part des choses, il en était de même pour mes amours. J’avançais dans la vie, flottant, indécis, confondant réalité et chimères.Au bar, un philosophe de comptoir discourait, il mettait en garde le gouvernement et sa coalition bourgeoise, il annonçait un soulèvement des masses pour bientôt.L’œil allumé, il proclamait à qui voulait bien l’entendre :- Vous verrez …, il sera difficile d’éviter le bain de sang ! »

Mon avis :

Après avoir passé trois jours en compagnie de Martin Maurel, je regrette presque de le laisser puisqu’il a laissé des zones d’ombre… La suite au prochain épisode ?

Mais parlons de l’année 68 de ce jeune employé de la SNCF, qui quitte Saint-Jean-de-Maurienne, pour la ville de Lyon.

Il ne fera qu’un séjour bref à Lyon. Le destin l’envoyant à Grenoble qui sera sa ville pour quelques temps.

Arrivé à Grenoble, on lui confie une tâche bien particulière. Le problème, c’est que lui-même ne sait pas bien ce qu’on attend de lui.

Trouver un logement est un vrai casse-tête mais il ne va pas faire son difficile.

Les amours s’en vont et viennent.

Ce que j’ai préféré ici : clairement, les passages au boulot ! Plus précisément, les derniers mois.

Martin a une drôle de vie quand même !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s