Avis

Le passé recomposé ou les jeunes années de Martin Maurel, Michel Masméjean

Couverture et résumé :

PicsArt_01-16-08.53.04


Autobiographie

Le récit commence au début de l’année 1955 dans le village de Cerbère qui veille sur la frontière franco espagnole comme le chien à trois têtes du même nom gardait dans la mythologie Grecque, la porte des enfers.
Ceux qui désirent mieux me connaître trouveront dans ce roman toute l’enfance de mon alter ego, Martin Maurel, avec ses saisons incertaines, agitées, voire turbulentes, accompagnées de passions fugaces propres à l’adolescence.
Plus tard, en 1967, Martin abordera enfin sa vie d’adulte avec la certitude que le hasard mène la vie comme il l’entend et que c’est bien le vent qui décide de tout. Agréable
Outre la couverture de l’ouvrage représentant une vue générale de Cerbère dans les années 1950, j’ai agrémenté les 281 pages du texte de quelques photos en noir et blanc d’époque afin de rendre sa lecture plus vivante.

Extrait du livre :
« Mais revenons à cette rentrée au collège, aux premiers mois passés, aux premières notes et appréciations et aussi aux premières engueulades !
À tous les cours, je regagnais ma place située au fond de la classe.
Dans toutes les écoles du monde il en va ainsi, il est un ordre établi depuis que l’école existe. Aux premiers rangs, les cadors, les lèche-culs et autres papelards ; au milieu de la classe, le tout venant, les moutons, les sans grade, la plèbe ; au fond, les malfaisants, les apaches, les têtes de lard. Un ordre immuable !
Je faisais donc partie de la dernière catégorie. Et gare, là plus qu’ailleurs, quand on a une étiquette dans le dos on se la garde de manière définitive. Dire que le premier trimestre ne se passa pas très bien, serait une belle figure de rhétorique. »

Mon avis :

La vie de Martin Maurel se déroule classiquement. En 1955, il déménage à Cerbère. Martin a un frère, bien plus âgé que lui, avec lequel il n’a pas d’affinité durant son enfance. Le jeune Martin est fan de foot et notamment de l’équipe Nîmes Olympique. Il rend visite à sa famille à Marseille, à Nîmes. Il a même un oncle assez spécial, du genre criminel. Il n’est pas très bon pour l’école. Il aime lire. Et je pense que c’est quelqu’un de solitaire, quelqu’un qui avait du mal à trouver sa place.

Pourquoi lire l’histoire de Martin Maurel ?

Il s’agit là d’une autobiographie avec tout ce qu’elle implique : des faits marquants avec plus ou moins d’importance selon qui lit. Comme dans un journal intime, les mots couchés sur le papier sont entraînants ou ennuyeux selon la phase que l’on traverse. Je ne dis pas que j’ai trouvé des passages ennuyeux ici. Cela n’a pas été le cas.

Martin nous livre une enfance près des rails et des trains de Cerbère. Si vous avez un attrait particulier pour eux, lisez ce livre.

Si vous aimez les récits « tranches de vie », lisez-le.

Si vous aimez les années 50-60, lisez-le.

Si vous aimez trouver un personnage principal ordinaire menant une vie classique, lisez-le. (Peut-être pas si classique, je n’ai aucune idée de ce qu’était la vie dans ces années-là, je pense que la famille de Martin faisait partie des familles avec des moyens financiers plus importants que la moyenne sans être « riche ».)

Entre parties de cache-cache dans les blockhaus, parties de « pignols » et parties de pétanque, il n’y a aucun ennui ici. Venez suivre Martin dans ses études chaotiques et ses amitiés difficiles.

Deux autres livres viennent compléter celui-ci : La toupie et Les tribulations d’un enfant du rail.

Ma note : 4/5

Difficile de juger un récit qui n’est pas une fiction. J’ai trouvé la vie de Martin Maurel vraiment intéressante.

Pour retrouver ce livre et son auteur, c’est par ICI.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s