Avis

Un instant d’abandon de Philippe Besson

Couverture et résumé :

L’histoire commence là, dans une ville de bord de mer, en automne. Un homme revient et, avec lui, c’est le passé qui resurgit. Des années plus tôt, il a été condamné pour un crime, peut-être le plus impardonnable qui soit. Les gens n’ont pas oublié. Il ne revient pas demander pardon. Il veut retrouver au plus âpre de lui-même cet état d’innocence dont on l’a si violemment privé. Mais en finit-on jamais avec ses disparus et le temps d’avant ?

Mon avis :

Toute fascinée que je puisse être par l’écriture de Philippe Besson, dans ce roman, j’ai été légèrement déçue.

L’intrigue se passe dans les Cornouailles, en bord de mer. Jusqu’ici, l’auteur nous met en appétit, dans une ambiance plutôt morose et morbide à l’image du paysage, des habitants et de notre narrateur.

Thomas raconte son histoire. Il fait son grand retour dans la ville qui l’a vu naître, grandir, se marier et devenir un criminel.

Personne ne veut se lier à lui aujourd’hui. Il est devenu un paria. Tous souhaiteraient même qu’il s’en aille ou qu’il crève.

Quatre parties divisent ce roman : dans la première, Thomas et sa solitude.

Dans la seconde, Thomas livre la vérité à Rajiv sur les circonstances du drame. D’ailleurs, j’aurai bien aimé que ce dernier se confie aussi.

Dans la troisième partie, Betty, une jeune femme qui n’éprouve pas de haine à son égard, le pousse à déverser son récit sur l’enfermement. Nous apprenons comment il a vécu ce séjour en prison.

Dans l’ultime partie, Thomas attend quelqu’un. Ces dernières pages sont trop brèves, laissant un goût d’inachevé.

Concrètement, j’ai beaucoup aimé les « confessions ». Cette partie avec Rajiv était intéressante et nous a donné beaucoup de clés sur notre narrateur.

Ma déception va plus à ce quatrième chapitre, rapide, ne révélant rien ou si peu. Je sais encore que Thomas n’est pas du genre à s’épencher si l’on ne le pousse pas ce qui explique probablement le survol de cette conclusion.

Je ne vais pas m’attarder à répéter la même chose : c’est un bon livre, plus mou peut-être, plus interne, plus solitaire avec un personnage principal surprenant dans le positif comme dans le négatif.

Ma note : 4/5

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s